Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Les députés pour des règles d'étiquetage de l'origine de la viande plus strictes

Session plénière Communiqué de presse - Sécurité alimentaire06-02-2014 - 12:43
 

Une proposition de la Commission qui permettrait d'indiquer sur l'étiquette de la viande qu'un porc a été "élevé" dans un État membre de l'UE après avoir passé seulement 4 mois sur place a été rejetée par le Parlement. Pour ne pas induire les consommateurs en erreur, les règles d'étiquetage sur l'origine de la viande porcine, ovine, caprine et de volaille - que celle-ci soit fraîche, réfrigérée ou congelée - devraient se baser sur le modèle plus strict, et déjà en vigueur, de la viande bovine.


 

Selon le système proposé, les étiquettes indiqueraient uniquement les pays d'élevage et d'abattage. L'étiquette pourrait indiquer qu'un porc a été "élevé" dans un État membre de l'UE après seulement quatre mois sur place, et uniquement après un mois dans le cas de la volaille. La Commission européenne n'a pas proposé d'étiquetage obligatoire pour le lieu de naissance de l'animal, malgré les demandes répétées du Parlement à ce sujet.


"Les consommateurs souhaitent avoir une vue d'ensemble de la chaîne d'approvisionnement de la viande. C'est pourquoi je demande que les lieux de naissance, d'élevage et d'abattage apparaissent sur l'étiquette. De nombreux citoyens veulent savoir si les animaux sont originaires de pays qui appliquent des normes de bien-être élevées et veulent connaître la distance parcourue par les bêtes pour des raisons d'éthique et d'environnement", a affirmé Glenis Willmott (S&D, UK), dont la résolution a été adoptée ce jeudi par 368 voix pour, 207 voix contre et 20 abstentions.


"De telles mesures sont déjà en place pour la viande de bœuf et je ne vois pas pourquoi nous ne devrions pas avoir les mêmes dispositions pour les porcs, moutons, poulets et autres animaux dont nous consommons la viande", a-t-elle ajouté.


Les députés ont souligné que l'origine de la viande restait un sujet préoccupant pour les consommateurs. Les récents scandales alimentaires, dont celui de la viande de cheval utilisée frauduleusement à la place de viande bovine, attestent que les consommateurs ont besoin de règles plus strictes en matière de traçabilité et d'information et souhaitent de telles règles, ont-ils ajouté.


Par conséquent, les parlementaires invitent la Commission à retirer son règlement et à proposer une version révisée qui inclut l'indication obligatoire sur l'étiquette des lieux de naissance, d'élevage et d'abattage de ces viandes, conformément à la législation en vigueur sur l'étiquetage d'origine de la viande bovine.


Ils demandent également à la Commission de supprimer du règlement d'exécution toute dérogation pour les viandes hachées et les chutes de parage.


Contexte


Les étiquettes sur l'origine de la viande bovine sont devenues obligatoires suite à la crise de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). Ces règles d'étiquetage européennes sont en vigueur depuis le 1er janvier 2002. Le Parlement européen a demandé à maintes reprises d'élargir ce système à d'autres types de viande.


Procédure: résolution non législative

REF. : 20140205IPR35028
 
 
Contacts