Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Anne-Marie Perret : « l’eau n’est pas une marchandise »

Autres Article - Droits fondamentaux / Environnement18-02-2014 - 17:38
 
Photo prise lors de l'audition montrant deux participantes en train de débattre   "L'eau, un droit humain" est la première initiative citoyenne européenne à être entendue au Parlement européen

Le Parlement européen a tenu lundi la première audition dans le cadre d’une initiative citoyenne européenne. L’initiative « l’eau, un droit humain » vise à assurer l’accès à l’eau et à l’assainissement et s’oppose à la libéralisation de ces services. « Je pense que le consensus européen fonctionnera », a déclaré la présidente du comité des citoyens de l’initiative Anne-Marie Perret. Matthias Groote, député démocrate socialiste allemand, présidait l’audition.


Les organisateurs de l’initiative « Right2Water » ont demandé à la Commission européenne d’assurer l’accès à l’eau et à l’assainissement à tous les Européens, et de donner des garanties juridiques contre la libéralisation de ces services dans l’Union européenne.


« L’initiative est un pas dans la bonne direction, mais ce n’est pas suffisant », a déclaré Anne-Marie Perret, présidente du comité des citoyens pour le droit à l’eau. « L’eau n’est pas une marchandise, elle fait partie de notre patrimoine », a-t-elle ajouté. « Nous devons aller plus loin et convaincre l’ensemble de la Commission de cesser d’appliquer des règles technocratiques de marché intérieur et de concurrence, et d’opter pour des règles basées sur les principes de justice sociale et de démocracie »­, a-t-elle expliqué.


Anne-Marie Perret a également ajouté qu’il est important d’éduquer les citoyens sur les possibilités qu’ouvre le processus d’initiative citoyenne européenne, tout en reconnaissant la difficulté d’obtenir les signatures nécessaires. « Certaines personnes refusent de signer car elles doivent donner leur numéro de carte d’identité. Il y a également eu de gros problèmes avec les signatures sur Internet », a-t-elle déploré.


L’audition a rassemblé des représentants du comité des citoyens ayant lancé cette initiative, des députés européens et le vice-président de la Commission européenne Maros Šefčovič, qui rédigera la réponse officielle à l’initiative d’ici le 20 mars.


« Je pense que le consensus européen fonctionnera », a déclaré Anne-Marie Perret après l’audition. « Nous devons aider la Commission européenne à aller au-delà de la seule idée du marché. Nous devons aussi parler clairement des droits de l’homme qui concernent les citoyens de l’Union européenne, qui doivent être respecté et promus afin d’être protégés », a-t-elle ajouté.


« Nous avons vu lors de l’audition l’importance de cette question, du droit humain à l’eau », a déclaré Matthias Groote, président de la commission de l’environnement. Il a également regretté l’absence de représentants des gouvernements lors de l’audition.


L’audition a été organisée par la commission de l’environnement, conjointement avec les commissions du développement, du marché intérieur et des pétitions.

REF. : 20140217STO36262