Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Entretien avec Bernd Lange sur le TTIP: " Au final, c'est le Parlement qui décide des accords"

Autres Article - Affaires économiques et monétaires24-07-2014 - 13:42
 
Bernd Lange, Président de la commission du Commerce international   Bernd Lange, Président de la commission INTA

La semaine dernière a eu lieu le sixième tour des négociations entre les États-Unis et l'Union européenne sur l'Accord Transatlantique de Commerce et d'Investissement (TTIP). Le Parlement continuera à débattre de ce sujet au moins jusqu'à fin 2015. Nous avons rencontré le président de la commission parlementaire du commerce international, Bernd Lange (S&D, DE) pour discuter du TTIP et des défis à venir pour cette commission.


Les négociations sur le TTIP se déroulent depuis un moment maintenant. Comment voyez-vous le rôle du Parlement dans ces négociations?

Nous représentons les citoyens et cela signifie que nous devons renforcer leurs intérêts. La question de la transparence est cruciale, mais il y a aussi beaucoup d'autres aspects à prendre en compte. Au final, c'est le Parlement qui décide des accords. Je recommande donc à la Commission européenne d'en tenir compte.


Avec le rejet d'ACTA, nous avons prouvé que le Parlement est très critique dans son analyse des accords internationaux et qu'il est capable d'avoir sa propre opinion.


Le TTIP est considéré par beaucoup comme une menace et non une promesse pour les salariés et les consommateurs. Quels sont les aspects principaux sur lesquels le Parlement devrait se concentrer selon vous?

La transparence est importante pour regagner la confiance des Européens dans les négociations. Les documents principaux doivent être rendus publics.

De plus, il faut le dire clairement, l'Union européenne a une certaine conception de la protection des consommateurs, de la sécurité alimentaire et de la participation des salariés. Nous voulons que ces spécificités soient garanties dans nos accords commerciaux. Pour moi, il ne s'agit pas de libre échange, mais d'échange équitable.


À part le TTIP, quels sont les défis futurs de la commission du commerce international?

Il y a beaucoup d'autres accords avec d'autres États en cours de négociation. Premièrement, avec le Canada, mais aussi avec Singapour, le Viêtnam, le Japon et beaucoup d'autres pays. Il y a aussi le renouvellement de l'accord avec le Mexique et les négociations sur l'Accord multinational sur le Commerce des Services (ACS).

Ça bouge beaucoup au sein de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et je pense que nous devrons passer d'accords bilatéraux à un renforcement du multilatéralisme.


REF. : 20140718STO53033