Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

L'UE doit libérer son potentiel interne pour façonner les politiques internationales

AFET Communiqué de presse - Relations extérieures24-02-2015 - 16:49
 

L'UE doit encore libérer son potentiel pour façonner l'environnement international et lié à la sécurité, a affirmé la commission des affaires étrangères ce mardi. Lors d'un vote sur le rapport annuel relatif à la politique étrangère et de sécurité commune (PESC), elle a demandé une politique étrangère de l'UE plus ambitieuse, proactive, crédible et stratégique, qui se base sur une vision partagée des principaux intérêts et valeurs de l'UE et sur une perception commune des menaces pour l'UE.



L'Union européenne doit faire face à une tragique détérioration de l'environnement de sécurité, où l'ordre international fondé sur le droit ainsi que la stabilité et la sécurité de l'Europe sont mis à l'épreuve à un niveau sans précédent, ont affirmé les députés. Selon eux, la crise interne de l'UE, le manque de coordination des politiques et les restrictions financières limitent encore l'influence de l'UE dans le monde. Ils appellent l'Union européenne à améliorer ses structures internes afin de libérer totalement son potentiel.


Restaurer l'ordre politique européen au titre du droit international doit être l'une des principales priorités de la politique étrangère de l'UE, a affirmé la commission parlementaire dans une résolution rédigée par le président de la commission, Elmar Brok (PPE, DE), et adoptée par 47 voix pour, 8 voix contre et 6 abstentions.


Soutenir les voisins orientaux et contenir la Russie


Soutenir les voisins de l'Est qui souhaitent se rapprocher de l'Union doit être une priorité, souligne la commission. Investir dans l'indépendance, la souveraineté, l'économie et la démocratisation de ces pays est un moyen important de contenir les ambitions de la Russie, affirment les députés. Par ailleurs, ils condamnent la violation par la Russie du droit international, de par son agression militaire directe et la guerre hybride contre l'Ukraine, l'occupation illégale de la Crimée et les mesures similaires prises vis-à-vis de l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud.


De plus, l'UE doit réduire sa dépendance énergétique envers la Russie et veiller à ce que ses objectifs de sécurité énergétique extérieure soient en conformité avec ses objectifs de politique énergétique interne, ajoute le texte. Les députés expriment leur soutien total envers l'établissement d'une Union européenne de l'énergie et soulignent que l'énergie devrait s'inscrire dans la stratégie globale de l'action extérieure de l'UE.


Renforcer la sécurité et la stabilisation au sud


L'Union européenne devrait revoir en grande partie sa politique envers ses voisins du Sud, soutenir cette politique avec des ressources financières adéquates et agir davantage pour promouvoir la sécurité, la démocratie, les droits de l'homme et la protection des minorités ainsi que pour lutter contre l'extrémisme religieux dans la région, affirment les députés.


Au vu des récents attentats terroristes dans l'UE, la commission parlementaire appelle également les États membres à accroître le partage de renseignements liés à la sécurité et à renforcer la coopération en termes de lutte antiterroriste avec les pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord.


Défense et sécurité: davantage de ressources sont nécessaires


Une politique étrangère européenne crédible doit être soutenue par des capacités de défense adéquates dans les États membres et par une politique de sécurité et de défense commune efficace, ajoute la commission. Elle invite instamment les États membres à engager, de manière urgente, davantage de ressources pour contribuer à leur défense territoriale. Suite au Conseil européen de décembre 2013 consacré à la défense, les députés demandent que des décisions ambitieuses soient prises lors du prochain sommet de juin.


L'Union européenne devrait également jouer un rôle clé pour résoudre les conflits et aider à renforcer l'ordre économique et politique pluraliste et fondé sur des règles au niveau mondial, y compris le respect de l'état de droit et la protection des droits de l'homme, précisent les députés.


Vote en séance plénière en mars


Le Parlement dans son ensemble se prononcera sur la résolution lors de la session plénière de mars à Strasbourg. Le 9 mars, la commission des affaires étrangères votera également un rapport distinct sur la mise en œuvre de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC), rédigé par Arnaud Danjean (PPE, FR). Le vote en plénière est prévu le 15 avril à Bruxelles.


Sous la présidence de: Elmar Brok (PPE, DE)

REF. : 20150223IPR24718
 
 
Contacts