Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE: "La diversité culturelle ne peut être invoquée pour limiter les droits de l’homme", rappelle Louis Michel

Autres Communiqué de presse - Délégations15-06-2015 - 18:00
 

"Il ne peut y avoir de relativisme culturel en matière de droits humains", a déclaré Louis Michel (ADLE, BE) ce lundi à l'ouverture de la 29e session de l'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE, à Suva (Fidji). Il a affirmé que la diversité culturelle ne devrait pas pouvoir être invoquée en cas de violation des droits de l'homme, ajoutant que cette question était au cœur des discussions tant en Europe que dans les pays ACP.


Pendant l'ouverture en présence du Premier ministre de Fidji, Josaia Vorege Bainimarama, les co-présidents Louis Michel et Fitz A. Jackson (Jamaïque) ont exprimé leur sympathie aux victimes du cyclone Pam qui a dévasté Vanuatu et touché les pays avoisinants en mars dernier. Une résolution d’urgence sera votée à ce propos mercredi.


À l'ordre du jour de l'APP figurent également les ressources naturelles, les défis posés par le changement climatiques aux États insulaires, et les élections nécessaires pour asseoir la transition en République centrafricaine.


Diversité culturelle et droits de l’homme


"La diversité culturelle ne devrait pas pouvoir être invoquée en cas de violation des droits de l'homme consacrés par le droit international", a souligné Louis Michel tout en indiquant que ces questions fondamentales sont "aujourd'hui au cœur de certains débats en Europe" tout autant que dans les pays ACP. "Le relativisme culturel ne peut pas être accepté. Il faut avoir le courage de rappeler que dans la vie des collectivités humaines, tout ne se vaut pas", a- t-il encore précisé. Une résolution préparée par la commission des affaires politiques ACP-UE sera voté mercredi à ce sujet.

 

Problèmes rencontrés par la région ACP Pacifique


Les petits États insulaires sont lourdement frappés par le changement climatique. Le débat principal de la session portera sur les mers et océans, entre autres sur l’exploitation des ressources naturelles dans cet environnement particulier.


"Les décisions prises dans les enceintes internationales", comme l'Organisation mondiale du commerce (OMC), la conférence sur le changement climatique COP 21, et l'Union européenne, "peuvent avoir des conséquences lourdes sur le développement de ces pays si éloignés des centres de pouvoir", a rappelé Fitz A. Jackson. Il a affirmé: "L'APP est une occasion unique de promouvoir le développement des peuples du Sud et du Nord. Notre organisation est une plateforme que nous pouvons utiliser pour sensibiliser la communauté internationale au fait que le développement n'est pas un jeu à somme nulle, mais peut et doit être une cause gagnant-gagnant".


République centrafricaine


Louis Michel "reste convaincu de la nécessité de tenir des élections au plus près de la date initialement prévue". "La paix en RCA ne sera pas possible sans un effort international soutenu" qu’il appelle de ses vœux. Il a encore rendu hommage aux autorités de transition, insistant sur l’importance d’élections rapides pour leur donner une légitimité démocratique.


Fitz A. Jackson a souligné que la RCA "est un pays avec un énorme potentiel de développement" qui "a besoin d'une solution garantissant une paix durable, et non un accord hétérogène qui pourrait s'effondrer à la première crise".


L’Assemblée parlementaire adoptera une résolution sur la situation en République centrafricaine.


Fidji


M. Michel a félicité le Premier ministre fidjien pour les développements positifs et progrès récents réalisés au bénéfice de la population. Le succès des élections démocratiques de septembre 2014 est un acquis à préserver, a-t-il encore indiqué, présentant ses vœux de prospérité et de poursuite sur la voie engagée.


29e Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE

 

L'Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE (APP) rassemble des représentants élus de l'Union européenne (UE) et des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), soit des députés européens et des parlementaires des 78 États à avoir signé l'accord de Cotonou, qui est la base de la coopération au développement ACP-UE.


Mercredi 17 juin, l'Assemblée se prononcera sur trois résolutions:

  • les défis et opportunités en matière d'éducation et de formation professionnelle dans les pays ACP (débat et vote mercredi - co-rapporteurs: Musa Hussein Naib (Érythrée) et Francesc Gambus (PPE));
  • le financement de l'investissement et du commerce, y compris l'infrastructure, dans les pays ACP par le mécanisme de panachage de l'UE (débat lundi, vote mercredi - co-rapporteurs: Malement Liahosoa (Madagascar) et David Martin (S&D)); et
  • la diversité culturelle et les droits de l'homme dans les pays ACP et les pays de l'UE (débat mardi et vote mercredi - co-rapporteurs: Abdoulaye Touré (Côte d’Ivoire) et Davor Ivo Stier (PPE)).

Deux sujets urgents seront débattus et conclus par des résolutions:

  • la catastrophe naturelle au Vanuatu (et pays voisins): la voie à suivre, y compris la coopération régionale (débat mardi, vote mercredi) avec la participation de Osnat Lubrani, Coordonnateur résident des Nations unies et Représentant du PNUD;
  • la situation en République centrafricaine (débat et vote mercredi).
REF. : 20150615IPR66494
Mis à jour le: ( 17-06-2015 - 15:56)
 
 
Contacts