Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Le réseau EURES : développer la mobilité des travailleurs

Autres Article - Politique de l'emploi24-02-2016 - 11:21
 

Malgré leurs difficultés à trouver du travail, peu d'Européens décident de se tourner vers l'étranger pour un emploi. Lancé en 1993, le réseau des services à l'emploi, à l'accès des travailleurs aux services de mobilité et à la poursuite de l'intégration des marchés du travail (EURES) vise à faciliter la mobilité des travailleurs au sein de l'Union européenne. Les députés réunis en session plénière à Bruxelles ont adopté jeudi 25 février des mesures visant à améliorer ce réseau.


Une mobilité des travailleurs toujours faible


La mobilité des travailleurs à l'intérieur de l'Union européenne reste relativement faible. D'après une étude de l'OCDE réalisée en mars 2012, la mobilité annuelle représentait 0,29 % dans l'Union des 27 contre 1,5 % en Australie et 2,4 % aux États-Unis.


Seuls 3,1 % de la main d'œuvre européenne, soit environ 7,5 millions de personnes sur 241 millions, sont économiquement actifs dans un autre État membre. Cette faible mobilité peut notamment s'expliquer par un manque de compétences linguistiques et des difficultés à trouver un emploi à l'étranger.


EURES


EURES est un réseau de coopération coordonné par la Commission européenne. Fondé en 1993, il a été conçu pour faciliter la libre circulation des travailleurs à l'intérieur de l'Union européenne, mais aussi en Suisse, en Islande, en Norvège et au Liechtenstein. Ses principaux objectifs sont d'informer et de conseiller les travailleurs potentiellement mobiles, mais aussi d'apporter une aide aux employeurs qui souhaitent recruter des travailleurs issus d'autres pays.


Le réseau EURES propose plus d'un million d'offres d'emploi et 235 000 Curriculum vitae. 6000 employeurs sont inscrits sur la plate-forme.


Améliorer le réseau


La nouvelle législation vise à faciliter la recherche d'emploi à l'étranger en mettant à disposition un grand nombre d'offres mais aussi de CV à travers toute l'Europe. Elle souhaite également proposer un meilleur échange d'informations entre États membres concernant les pénuries et les excédents de main-d'œuvre. En plus d'offres d'emploi, EURES comporte aussi des offres d'apprentissage et de stage. Pourtant, les politiques relatives au marché du travail restent du ressort des États membres.


Heinz K. Becker, député démocrate-chrétien autrichien en charge du dossier au Parlement, a déclaré avant le vote en plénière : « Nous voulons maintenant impliquer les services pour l'emploi privés. Nous voulons impliquer les agences régionales pour l'emploi. Nous voulons inclure les partenaires sociaux quand ils font des offres d'emploi. Nous voulons inclure les ONG quand elles font de même ».


Les députés ont approuvé par 576 voix pour, 56 contre et 21 abstentions le compromis qui avait été conclu avec des représentants des États membres à la fin de l'année 2015. Le règlement doit maintenant être formellement approuvé par le Conseil des Ministres.


Cet article a initialement été publié le 22 juin 2015.

REF. : 20150622STO69009
Mis à jour le: ( 25-02-2016 - 14:11)
 
 
   
La mobilité de l'emploi dans l'UE
 

Malgré la crise, rares sont les chercheurs d'emploi qui vont travailler dans un autre pays ou qui connaissent le portail EURES et ses offres d'emplois.

 
EURES
 

Fondé en 1993, le réseau EURES a été conçu pour faciliter la libre circulation des travailleurs à l'intérieur de l'espace économique européen.