Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Prix Sakharov 2015 : les nominés annoncés

Autres Article - Droits de l'homme29-09-2015 - 16:01
 
Illustration - Prix Sakharov 2015   Qui sera le lauréat du Prix Sakharov 2015 ?

Des parcours différents mais une même volonté de défendre la liberté de pensée : les nominés pour le Prix Sakharov 2015 du Parlement européen qui avaient été annoncés le 10 septembre dernier ont été formellement présentés le 28 septembre au cours d'une réunion conjointe des commissions des affaires étrangères et du développement et de la sous-commission des droits de l’homme. Le lauréat sera quant à lui annoncé en octobre.


« Les candidats de cette année sont liés à un certain nombre de questions sensibles, comme la corruption, l'abus de pouvoir, la liberté de pensée et d'expression ou l'émancipation des femmes. Nous considérons toutes ces causes comme extrêmement importantes » a déclaré au début de la réunion le vice-Président de la sous-commission des droits de l'Homme, le député démocrate-chrétien roumain Cristian Dan Preda. 


Les nominés pour le Prix Sakharov 2015


  • Raif Badawi, un blogueur saoudien condamné à 10 ans de prison, à 1000 coups de fouet et à une lourde amende pour avoir insulté les valeurs de l'Islam sur son site web Free Saudi Liberals. 

Il a été nominé par le groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen, les Conservateurs et Réformistes européens et le groupe des Verts / Alliance libre européenne.


« Je ne peux pas imaginer que quelqu'un puisse être attaché en public ici, et fouetté simplement pour avoir été courageux et avoir donné son avis. En nominant Raif Badawi, nous voulons rendre hommage à tous ceux qui se battent pour la liberté d'expression dans le monde » a déclaré Pier Antonio Panzeri, député démocrate socialiste italien.


« Les Conservateurs et Réformistes européens soutiennent cette candidature » a indiqué la députée conservatrice polonaise Anna Fotyga.


Le député vert hongrois Tamás Meszerics a ajouté qu'en tant que bloggeur dans l'un des systèmes les plus répressifs du monde, Raif Badawi était un symbole de la lutte pour la liberté de parole. « L'Europe ne peut plus rester silencieuse lorsque des individus risquent la torture ou la mort simplement parce qu'ils ont exprimé leurs idées en Arabie Saoudite » a-t-il expliqué.


  • Des prisonniers politiques au Venezuela ainsi que l'opposition démocratique incarnée par la Table de l'unité démocratique, une coalition électorale formée en 2008 afin d'unir l'opposition au parti du Président Hugo Chávez. Ils ont été nominés par le groupe du Parti populaire européen et les députés Fernando Maura Barandiarán et Dita Charanzová.

Au nom du groupe du Parti populaire européen, Luis de Grandes Pascual, député espagnol, a déclaré : « Alors que le gouvernement (vénézuélien) a été démocratiquement élu, il exerce en ce moment un contrôle totalitaire sur la population. Ce groupe collectif fait partie d'une opposition démocratique au Venezuela; ces personnes se battent et luttent pour exercer leurs droits ».


Fernando Maura Barandiarán, député libéral espagnol, a expliqué que décerner le Prix Sakharov à cette opposition démocratique serait un moyen de soutenir ce mouvement et de lui assurer une protection.


  • Edna Adan Ismail, une activiste somalienne qui se bat pour l'abolition des mutilations génitales féminines. Ancienne ministre, elle est aussi la fondatrice et directrice de la maternité Edna Adan dans la ville d'Hargeisa, en Somalie. Elle a été nominée par le groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe.

« Aux côtés de beaucoup de ses compatriotes, Edna a littéralement retroussé ses manches (…) Elle a transformé sa patrie en réussite rare dans la corne de l'Afrique (…) Sa persévérance et sa détermination ont permis des améliorations remarquables dans le rôle des femmes dans la société moderne du Somaliland » a déclaré le député britannique du groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe James Carver.


  • Boris Nemtsov, physicien russe, ancien Premier ministre puis opposant politique, assassiné en février dernier à Moscou. Il a été nominé par le groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe.

Pour Urmas Paet, député libéral estonien, Boris Nemtsov est « une personnalité importante de la société civile russe qui a travaillé pour une Russie démocratique, prospère et pacifique (…) En tant que leader de l'opposition et activiste de la société civile, il a travaillé pour dénoncer la corruption et l'abus de pouvoir politique en Russie (…) Il l'a payé de sa vie ».


  • Nadia Savtchenko, pilote militaire ukrainienne, membre de la Rada, le Parlement monocaméral ukrainien, et de la délégation ukrainienne de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. Elle a été capturée le 18 juin 2014 puis transférée illégalement en Russie, où elle est toujours emprisonnée. Elle a été nominée par les Conservateurs et Réformistes européens.

Anna Fotyga l'a qualifié de « femme exceptionnelle » et de « symbole des plus de 150 autres prisonniers pris par la Russie suite à l'annexion de la Crimée ».


Trois lanceurs d'alerte :


  • Edward Snowden, expert en informatique et ancien employé de la National Security Agency (NSA). Il a révélé à la presse de nombreux détails concernant certains programmes de surveillance de masse. Edward Snowden avait déjà été nominé pour le Prix Sakharov en 2013.

  • Antoine Deltour, ancien auditeur du cabinet Price Waterhouse Coopers. Il a révélé aux journalistes les LuxLeaks, les accords fiscaux secrets conclus entre certaines multinationales et le Luxembourg.

  • Stéphanie Gibaud, qui a révélé les pratiques d'évasion fiscale et de blanchiment d'argent de la banque suisse UBS AG.

Ils ont tous les trois été nominés par le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique. Fabio De Masi, député allemand du groupe, a estimé qu'ils « avaient levé le voile » et qu'ils ne devaient donc pas « se voir refuser leurs droits ou encourir des peines de prison ».


Cliquez ici pour accéder à toutes les actualités du Parlement européen


Le Prix Sakharov : honorer les défenseurs des droits de l'Homme


Le Prix Sakharov pour la liberté de l’esprit est décerné chaque année par le Parlement européen. Il a été créé en 1988 pour honorer des personnalités collectives ou individuelles qui s’efforcent de défendre les droits de l’homme et des libertés fondamentales.


L'année dernière, le Prix a été attribué à Denis Mukwege. Ce médecin congolais consacre sa vie à réparer le corps et à reconstruire la vie de dizaines de milliers de femmes et de jeunes filles congolaises victimes de viols collectifs et de violences sexuelles lors du conflit qui fait rage en République démocratique du Congo.


Les nominations peuvent être faites par un groupe politique ou par 40 députés minimum. Les commissions parlementaires des affaires étrangères et du développement votent pour choisir, parmi les nominés, les trois finalistes. Ensuite, c'est à la conférence des présidents de choisir le lauréat.

REF. : 20150910STO92624
 
 
   
Calendrier
 

28 septembre : présentation formelle des candidats lors d’une réunion conjointe des commissions des affaires étrangères et du développement, et de la sous-commission des droits de l’homme

 
 

15 octobre : vote des trois finalistes lors d'une réunion conjointe des commissions des affaires étrangères et du développement

 
 

29 octobre : désignation du lauréat 2015 par la conférence des présidents

 
 

16 décembre : remise du Prix Sakharov 2015 à Strasbourg en session plénière