Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Débat sur la présidence néerlandaise du Conseil : les attentes de députés néerlandais

Session plénière Article - Institutions20-01-2016 - 09:05
 
Logo de la présidence néerlandaise   Le logo de la présidence néerlandaise du Conseil

Ce matin, les députés débattront des priorités de la présidence néerlandaise du Conseil avec le Premier ministre Mark Rutte et le Président de la Commission Jean-Claude Juncker. Les principaux objectifs de cette présidence sont une Union européenne qui se concentre sur l'essentiel, sur la croissance, et qui dialogue avec la société civile. En décembre, avant le début de la présidence, nous avions demandé à des députés néerlandais des différents groupes politiques quelles étaient leurs attentes.


Esther de Lange, groupe du Parti populaire européen

 

« La présidence néerlandaise survient à un moment très difficile. L'Union européenne est menacée par des crises et une instabilité à la fois internes et externes. Nous attendons donc de la présidence néerlandaise qu'elle fasse tout son possible pour garantir l'unité et la détermination de l'Europe. La chose la plus importante sera de commencer à travailler sur un contrôle de nos frontières terrestres et maritimes. Si l'Europe ne parvient pas à réduire l'afflux de réfugiés économiques, il y aura moins de soutien local pour accueillir les réfugiés de guerre qui ont vraiment besoin de notre aide. Les citoyens européens attendent des résultats concrets face aux grandes problématiques actuelles; celles-ci devraient être au cœur de notre travail de ces six prochains mois. »


Paul Tang, groupe de l'alliance progressiste des Socialistes et Démocrates au Parlement européen

 

« Les problèmes actuels, que ce soit la crise des réfugiés ou la lutte contre l'évasion fiscale des sociétés, ont une chose en commun : nous ne pouvons les résoudre qu'en unissant nos forces à l'échelle européenne. La peur est encore trop présente : nous nous reposons sur nos intérêts nationaux et sommes donc tous moins bien lotis. Nous voyons en ce moment comment le problème de l'immigration divise l'Europe. Certains évoquent même une fermeture des frontières, ce qui ne constituerait pas un progrès. Cette année, j'attends des Pays-Bas qu'ils attirent l'attention des États membres sur nos intérêts communs ainsi que sur nos valeurs partagées. Je n'attends pas seulement des paroles, mais aussi des actions. »


Peter van Dalen, Conservateurs et Réformistes européens


« Les Pays-Bas seront chargés de l'application des lois. Les règles existantes ainsi que les nouvelles mesures doivent être appliquées de la même manière dans toute l'Union européenne, qu'elles concernent le transport routier, la pêche, l'euro, la zone Schengen, les banques... Un Brexit serait un désastre à la fois pour l'Union européenne et pour les Pays-Bas. Notre pays devrait faire tout son possible pour empêcher que le Royaume-Uni, un bon allié, ne quitte l'Union européenne. Lors de l'évaluation de l'accord commercial entre l'Union et le Pakistan, les Pays-Bas devraient garantir que le pays prenne les droits des minorités (religieuses) au sérieux. L'abus des lois doit cesser ! »


Hans van Baalen, Alliance des démocrates et libéraux pour l'Europe


« La présidence néerlandaise se concentrera sur le renforcement du marché intérieur et du commerce international. Le partenariat transatlantique de commerce et d'investissement est vital. La croissance économique est la seule solution à de nombreux problèmes dans l'Union européenne. La présidence néerlandaise devra également travailler sur la crise des réfugiés, sur les défis liés à la zone Schengen, sur les relations entre l'Union européenne et la Russie au lendemain de la catastrophe du MH17, sur un éventuel Brexit et sur la lutte contre l'État islamique / Daesh à l'intérieur et à l'extérieur de la Syrie. Le contrôle efficace des frontières européennes est essentiel pour garantir la sécurité interne et externe de l'Union européenne, afin de lutter contre l'immigration clandestine et de gérer la crise des réfugiés. »


Anja Hazekamp, Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique

 

« J'attends des Pays-Bas qu'ils s'engagent fermement pour une planète habitable en portant attention aux animaux, à la nature et à l'environnement. Le transport des animaux qui s'étale sur plusieurs jours devrait être réduit de manière drastique. Parmi les thématiques importantes pour 2016, il faudrait aussi mettre fin à la surpêche, maintenir des règles de protection de la nature et interdire les substances perturbatrices du système hormonal. En ces temps difficiles, nous attendons des Pays-Bas qu'ils préservent ses valeurs de tolérance, de compassion et de durabilité. La vie privée et les libertés doivent être protégées, et non sacrifiées au nom de la lutte contre le terrorisme. »


Bas Eickhout, les Verts/Alliance libre européenne


« Cette présidence est l'occasion pour les Pays-Bas de se présenter comme un pays capable de guider. Les Pays-Bas peuvent contribuer à améliorer l'approche européenne face à la crise des réfugiés, au changement climatique, à l'évasion fiscale et à d'autres défis majeurs où les progrès ont jusqu'ici été très lents. Pourtant, les Pays-Bas sont encore à la traîne en ce qui concerne les énergies renouvelables, le pays montre peu de compassion pour les réfugiés et est connu pour être un paradis fiscal. La présidence de l'Union européenne est une excellente occasion de changer rapidement tout cela. »


Marcel de Graaff, Europe des nations et des libertés


« Je n'attends rien du tout de la présidence néerlandaise. Ce gouvernement est un désastre pour les Pays-Bas, mais il se montre bon lorsqu'il s'agit de suivre les ordres de Bruxelles. Rutte (NDLR : le Premier ministre néerlandais) obéira à Juncker et continuera de détruire les Pays-Bas. Un gouvernement qui représenterait les intérêts des Pays-Bas aurait déjà fermé les frontières et enfermé ses ressortissants qui reviennent de la guerre en Syrie. Nous devons sortir de l'Union européenne, de la zone euro et indéniablement de la zone Schengen. Cela ne se produira pas sous la présidence de Rutte. Quelle honte ! »


Il existe actuellement huit groupes politiques au Parlement. Le groupe Europe de la liberté et de la démocratie directe ne comporte aucun député néerlandais, c'est la raison pour laquelle il n'est pas mentionné dans cet article.


Cet article a initialement été publié le 5 janvier 2016.

REF. : 20151211STO07038
Mis à jour le: ( 21-01-2016 - 11:04)