Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Martin Schulz : « Il est facile d'imputer à l'Europe ou à "Schengen" les brèches dans la sécurité des États membres »

Autres Article - Institutions17-12-2015 - 18:12
 
Portrait de Martin Schulz   Le Président du Parlement européen Martin Schulz

« Il est facile d'imputer à l'Europe ou à "Schengen" les brèches dans la sécurité des États membres et d'entretenir l'illusion qu'un repli derrière les frontières intérieures ferait rempart aux terroristes, qui sont pourtant, pour la plupart, des citoyens des pays qu'ils frappent », a déclaré le Président du Parlement Martin Schulz à l'ouverture du Conseil européen. Le sommet des 17 et 18 décembre se penche notamment sur l'immigration, la lutte contre le terrorisme et le référendum britannique.


Martin Schulz a salué le fait que les chefs d'État et de gouvernement évoqueront au cours de ce sommet les questions les plus urgentes auxquelles l'Union européenne fait actuellement face : l'immigration, le terrorisme, l'union économique et monétaire, la politique énergétique et climatique, le référendum britannique ainsi que le conflit ukrainien.


Pour le Président du Parlement européen, une paix durable dans l'Est de l'Ukraine passera par une aide apportée au pays afin de stabiliser son économie et de garantir son indépendance énergétique. Martin Schulz a souligné la nécessité de « trouver des moyens d'engager la participation constructive de la Russie aux efforts internationaux visant à résoudre le conflit syrien ». Il a également invité à ne pas mélanger les deux questions : « Le dossier syrien et le dossier ukrainien ne sont aucunement liés. Aucune concession, aucune compensation ne peut être opérée entre les deux ». Martin Schulz a souligné que les sanctions ne pourront être réexaminées qu'à une seule condition : « la réalisation de progrès notables et le respect des accords de Minsk ». 


En ce qui concerne la question de l'immigration, Martin Schulz a exhorté les États membres à mettre en place les « hotspots » ainsi qu'à appliquer la décision demandant de relocaliser 120 000 réfugiés dans l'Union européenne. Jusqu'à présent, moins de 200 personnes auraient été relocalisées : « Ces chiffres sont scandaleux ! J'appelle tous les États membres à assumer leurs responsabilités ». Le Président du Parlement européen a salué la proposition de la Commission concernant la création d'un corps européen de gardes-frontières et de gardes-côtes : « Garantir une Europe sans frontières intérieures et partager la responsabilité de la gestion de ses frontières extérieures sont deux missions indissociablement liées ».


À propos de la lutte contre le terrorisme, le Président du Parlement européen a souligné l'importance des récents accords politiques concernant la réforme sur la protection des données, le mandat d'Europol ainsi que le PNR européen. Pourtant, l'Europe a encore « beaucoup de chemin à parcourir dans le domaine de la lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme ». Parmi les aspects qui doivent être réglés dans le futur, Martin Schulz a évoqué la prévention de la radicalisation ainsi que la lutte contre le financement du terrorisme.


Martin Schulz a salué l'accord sur le climat conclu samedi dernier à Paris, soulignant que les efforts pour limiter l'augmentation de la température à 1,5 °C doivent se poursuivre. Il a aussi expliqué que « l'Union de l'énergie jouera un rôle central dans la réalisation des engagements à long terme de l'Union en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre ».


Les chefs d'État et de gouvernement évoqueront également le référendum britannique sur l'Union européenne. Martin Schulz a partagé sa conviction selon laquelle « un accord acceptable et tenant compte des sensibilités de toutes les parties, mais aussi des contraintes juridiques » pourrait être atteint. Pourtant, Martin Schulz a prévenu que « toutes les demandes comportent des difficultés. Certaines sont très difficiles, d'autres plus réalistes, mais toutes doivent être examinées avec précaution ». Il a ajouté : « Le processus doit également éviter d'avantager indûment ceux qui avancent plus lentement sur la voie de l'intégration européenne, notamment dans les domaines qui constituent les pierres angulaires de l'Union, tels que le marché unique ».

REF. : 20151215STO07595
Mis à jour le: ( 18-12-2015 - 10:40)