Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Droits de l'homme: Inde, Éthiopie et Corée du Nord

Session plénière Communiqué de presse - Aide humanitaire / Développement et coopération / Relations extérieures21-01-2016 - 17:05
 

Le Parlement appelle l'Inde à libérer les 14 marins estoniens et 6 britanniques détenus dans le sud du pays, condamne fermement l'essai nucléaire effectué le 6 janvier par la République populaire démocratique de Corée et déplore l'utilisation récente d'une force excessive par les forces de sécurité en Éthiopie, dans trois résolutions adoptées jeudi.


Marins estoniens et britanniques détenus en Inde


Les députés demandent aux autorités indiennes de libérer les 35 hommes d'équipage - dont 14 Estoniens et 6 Britanniques - du navire marchand Seaman Guard Ohio, qui ont été arrêtés dans l'état du Tamil Nadu au sud de l'Inde en octobre 2013 et accusés de possession illégale d'armes. Les accusés affirment avoir effectué une mission anti-piraterie et ont constamment nié toute malversation. Les accusations ont été rapidement annulées, mais les autorités indiennes ont fait appel, interdisant aux marins de quitter le pays.


Plus tôt ce mois-ci, chacun des 35 marins et gardes a été condamné à une durée maximale de "réclusion" de cinq ans. Ils considèrent l'option d'interjeter appel contre les peines dans le délai prescrit de 90 jours. Tout en reconnaissant l'intégrité du système juridique indien, le Parlement exhorte les autorités à libérer tous ceux qui sont concernés en attendant la conclusion de la procédure judiciaire.


Situation en Éthiopie


Le Parlement condamne fermement l'utilisation récente de la violence par les forces de sécurité et l'augmentation du nombre de cas de violations des droits de l'homme en Éthiopie. Il appelle à une enquête crédible, transparente et indépendante sur les meurtres d'au moins 140 manifestants et sur d'autres violations présumées des droits de l'homme en relation avec le mouvement de protestation qui a eu lieu suite aux élections fédérales en mai 2015 dans le pays.


Il appelle également les autorités éthiopiennes à cesser de réprimer la libre circulation de l'information, à garantir les droits de la société civile et des médias locaux et à faciliter l'accès dans toute l'Éthiopie aux journalistes indépendants et aux observateurs des droits de l'homme. L'UE, en tant que plus grand donateur, devrait veiller à ce que l'aide au développement européenne ne contribue pas à des violations des droits de l'homme en Éthiopie, ajoute la résolution.


Récent essai nucléaire par la Corée du Nord


Les députés demandent que des sanctions significatives et efficaces soient décidées par la communauté internationale après l'essai nucléaire du 6 janvier 2016 par la République populaire démocratique de Corée (RPDC). Ils considèrent l'essai comme une provocation inutile et dangereuse, une violation des résolutions afférentes du Conseil de sécurité de l'ONU et une menace sérieuse pour la paix et la stabilité.


Désirant une solution diplomatique et politique à la question nucléaire de la RPDC, les députés demandent aux autorités de l'État d'abandonner les programmes nucléaires et de missiles balistiques d'une manière complète, vérifiable et irréversible et de cesser toutes les activités qui y sont liées.


Le Parlement condamne les "violations systématiques, massives et graves des droits de l'homme", la gravité des pénuries alimentaires et les restrictions sévères à la liberté de pensée, de conscience, de religion ou de croyance, d'opinion et d'expression, de réunion pacifique et d'association dans le pays. Il prie le gouvernement de la RPDC de mettre immédiatement fin à son utilisation de la répression systématique des droits de l'homme comme un outil politique pour contrôler et surveiller sa propre population. Il est maintenant temps pour la communauté internationale de prendre des mesures concrètes pour mettre fin à l'impunité des auteurs et de les traduire devant la Cour pénale internationale, ajoute-t-il.

 


Procédure: résolutions non législatives

REF. : 20160115IPR10195
 
 
Contacts