Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Michael O'Flaherty : « Les droits fondamentaux sont constamment menacés »

Autres Article - Droits fondamentaux25-01-2016 - 15:49
 
Portrait de Michael O'Flaherty   Le directeur de l'agence européenne des droits fondamentaux Michael O'Flaherty

Si la protection des droits fondamentaux est une valeur clé de l'Union européenne, elle continue pourtant de se heurter à de nombreux défis. Lundi 25 janvier, le directeur de l'agence européenne des droits fondamentaux Michael O'Flaherty se rendra à la commission des libertés civiles pour présenter un rapport sur la surveillance de masse et le respect de la vie privée. Nous avons saisi l'occasion pour évoquer avec lui la situation générale des droits fondamentaux dans l'Union européenne.


Quel est le rôle de l'agence des droits fondamentaux de l'Union européenne ? 


Le rôle de l'agence est de conseiller et d'aider les responsables politiques afin qu'ils puissent adopter des décisions conformes aux engagements des droits fondamentaux de l'Union européenne. Nous informons les individus de leurs droits et des revendications possibles. Nous fournissons également des conseils juridiques et mettons en place des programmes de sensibilisation et de renforcement des capacités pour les institutions européennes et dans les États membres.


Ce qui nous intéresse avant tout, c'est la question de l'impact . Il est essentiel pour nous que notre travail ait des effets concrets sur les individus. C'est la raison pour laquelle je reviens par exemple d'une visite de dix jours dans les centres d'accueil pour réfugiés (« hot spots »).


La question des droits fondamentaux est particulièrement évoquée ces derniers temps, avec en toile de fond les mesures sécuritaires visant à lutter contre le terrorisme et les récents développements dans certains États membres. Nos droits fondamentaux sont-ils menacés ?


Les droits fondamentaux sont constamment menacés. Plus les risques sécuritaires sont importants, plus la tentation est grande de restreindre ces droits, ce qui revient à nier qu'une base solide de droits n'est qu'un aspect d'une société forte et saine. Cela ne signifie pas que tous les droits de l'homme doivent être constamment garantis sans aucune exception ni limitation : tout le défi pour les États est de s'assurer que les restrictions mises en place respectent les principes de nécessité et de proportionnalité.


Notre contribution à ce genre de question se traduit notamment par le développement de conseils d'experts, comme dans le cadre de notre récent rapport sur le lien entre droits fondamentaux et surveillance.


Comment votre agence travaille-t-elle sur la question de l'immigration ?


Nous travaillons sur le terrain, en étroite collaboration avec d'autres agences européennes comme par exemple Frontex. Nous les soutenons dans la formation de leurs fonctionnaires et dans le développement de méthodologies et de protocoles autour de questions très sensibles telles que les empreintes digitales des demandeurs d'asile. Nous publions chaque mois un rapport public évaluant la situation dans neuf États membres particulièrement touchés par la crise.


Nous mettons également en lumière l'impact de la crise sur les droits fondamentaux des personnes vivant dans des sociétés et des communautés telles que les îles grecques, très touchées par la crise au cours de ces dernières années.


Michael O'Flaherty présentera son rapport sur les droits fondamentaux et la surveillance à la commission des libertés civiles à 16 heures 25. Suivez la présentation en direct sur notre site web en cliquant ici.

REF. : 20160125STO11325
Mis à jour le: ( 26-01-2016 - 09:19)