Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Keith Taylor : « Ce n'est pourtant pas compliqué : nous voulons une alimentation saine pour les enfants »

Autres Article - Sécurité alimentaire28-01-2016 - 13:34
 
Portrait de Keith Taylor   Le député britannique vert Keith Taylor

Les aliments pour bébés sont-ils trop sucrés ? Un rapport voté en plénière la semaine dernière encourage la Commission européenne à réduire les teneurs en sucre des aliments pour nourrissons. Pour le rapporteur vert britannique Keith Taylor, « quand on sait que l'obésité est le principal problème de santé du 21ème siècle, qui voudrait satisfaire les dents sucrées de nos bébés ? ». Consultez notre article pour comprendre pourquoi les députés ont rejeté la proposition de la Commission européenne.


En rejetant ce projet de nouvelles mesures sur la teneur en sucre des aliments pour nourrissons, les députés ont souligné qu'elles auraient certainement contribué à une augmentation de l'obésité juvénile. Pouvez-vous nous en dire plus ?


L'acte délégué que la Commission européenne soutenait prévoyait de conserver une teneur en sucre de 30 % dans les aliments pour bébés à base de céréales. Ceci est en contradiction directe avec les lignes directrices de l'Organisation mondiale de la Santé, qui recommande une limite maximale de 10 % ou une limite sécuritaire de 5 %.


Les députés ont dit très clairement à la Commission qu'il fallait refuser cet excès de sucre. Quand on sait que l'obésité est le principal problème de santé du 21ème siècle, qui voudrait satisfaire les dents sucrées de nos bébés ?

 

Le vote de la semaine dernière est en quelque sorte un retour à la case départ pour ce texte. Que va-t-il se passer maintenant ?


La Commission européenne devra faire de nouvelles propositions qui reflètent davantage la résolution du Parlement. Ce n'est pourtant pas compliqué : nous voulons une alimentation saine pour les enfants. J'espère qu'ils ont pris en considération les commentaires du Parlement. Les députés suivront ce dossier de très près, et, si nécessaire, rejetteront à nouveau cet acte délégué. Il y avait une majorité claire en faveur du rejet de ce projet, et c'est ce qu'il s'est passé.

 

La résolution du Parlement souligne également qu'une mauvaise alimentation est aujourd'hui la principale cause sous-jacente de maladies et de décès dans le monde. Quel est le rôle du Parlement européen face à ce problème ?


La commission parlementaire de l'environnement et de la santé publique a essayé de mettre en place des systèmes d'étiquetage qui informent les consommateurs des niveaux de sucre, de sel et de graisses des aliments à travers un système de feux de circulation. Malheureusement, ce projet a été contesté par l'industrie et n'a donc pas pu se poursuivre au Parlement.


Nous avons besoin d'un degré plus élevé de transparence sur les produits qui composent notre nourriture. « Vous êtes ce que vous mangez », comme dirait le proverbe : le Parlement a un rôle à jouer dans le soutien d'une nourriture saine et durable. L'excès de sucre, de sel et de matières grasses dans les aliments est mauvais pour les adultes comme pour les enfants. Nous continuerons donc à essayer de fournir davantage d'informations aux consommateurs lorsqu'ils achètent des denrées alimentaires emballées.


Keith Taylor est un député britannique membre du groupe des Verts / Alliance libre européenne.

REF. : 20160127STO11639
Mis à jour le: ( 28-01-2016 - 13:44)