Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Les députés appellent à agir urgemment pour protéger les minorités religieuses contre l'EI/Daech

Session plénière Communiqué de presse - Relations extérieures04-02-2016 - 12:44
 

Les députés pressent la communauté internationale à prendre des mesures urgentes pour contrer le massacre systématique des minorités religieuses par le groupe "État islamique", EI ou Daech, dans une résolution votée jeudi. Le texte clôture le débat du 20 janvier avec la chef de la politique étrangère de l'UE Federica Mogherini, durant lequel de nombreux députés ont appelé à des mesures pour protéger tous les groupes et minorités religieuses contre les attaques de l'EI/Daech.



Les députés réitèrent leur ferme condamnation de l'EI/Daech et ses violations flagrantes des droits de l'homme, visant délibérément des chrétiens, des Yézidis, des Turkmènes, des chiites, des Shabak, des Sabéens, des Kaka'e et des sunnites qui ne sont pas d'accord avec leur interprétation de l'islam. Ces violations s'apparent à des "crimes de guerre", "crimes contre l'humanité" et "génocide", selon le Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI), ajoutent-ils.


La résolution, adoptée à main levée, demande à l'UE d'instituer un représentant spécial permanent pour la liberté de religion et de conviction et exhorte tous les pays de la communauté internationale à prévenir les crimes de guerre, les crimes contre l'humanité et le génocide sur leurs territoires. Tous les États membres de l'UE devraient mettre à jour leurs systèmes juridiques et juridictionnels afin d'empêcher leurs ressortissants et les citoyens en voyage à l'étranger à rejoindre l'EI/Daech et d'autres organisations terroristes, et également veiller à ce que, s'ils le font, ils soient soumis à une procédure pénale dès que possible, ajoute le texte.


Note aux rédacteurs


L'EI a perpétré une violence systématique et généralisée et des violations des lois internationales relatives aux droits de l'homme et du droit humanitaire contre des membres de groupes minoritaires, y compris les chrétiens et les Yézidis, en Irak et en Syrie. Selon les Nations unies, "dans certains cas, ces actes peuvent s'apparenter à des crimes de guerre et crimes contre l'humanité".


Procédure: résolution non législative

#ISIS #Iraq #Syria

REF. : 20160129IPR11938
 
 
Contacts