Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Les députés appellent la Serbie et le Kosovo à poursuivre leur programme de réformes

Session plénière Communiqué de presse - Relations extérieures04-02-2016 - 12:21
 

L'ouverture des négociations d'adhésion de la Serbie à l'UE et les progrès réalisés dans la normalisation des relations entre la Serbie et le Kosovo ont été salués par les députés dans deux résolutions adoptées jeudi. Le Parlement a aussi souligné que ces relations seraient facilitées si tous les États membres de l'UE reconnaissaient le Kosovo.


 

Les députés saluent les progrès réalisés en 2015 dans la normalisation des relations entre la Serbie et le Kosovo. Ils appellent Belgrade et Pristina à avancer dans l'exécution totale et en temps opportun des accords conclus jusqu'à présent, faisant remarquer qu'il s'agit d'une des conditions pour l'adhésion de la Serbie à l'UE.

 

Serbie


"Notre message est clair: la Serbie est sur la voie de l'Union européenne. L'ouverture des premiers chapitres de négociation dans le processus d'adhésion, grâce à une nouvelle normalisation des relations avec le Kosovo, représente un succès bien mérité pour le pays", a déclaré le rapporteur David McAllister (PPE, DE).


La résolution sur la Serbie, adoptée par 498 voix pour, 66 voix contre et 70 abstentions, salue l'ouverture des négociations d'adhésion à l'UE. Elle appelle la Serbie à poursuivre ses réformes systématiques, à veiller à ce que les travaux des juges et des procureurs, tout comme des médias, ne fassent l'objet d'aucune ingérence politique, et à intensifier ses efforts pour lutter contre la corruption et la criminalité organisée.

 

Kosovo


"L'avenir d'un Kosovo indépendant est au cœur de l'Union européenne, mais le pays doit agir davantage pour lutter contre la corruption et la criminalité organisée, et fournir des résultats concrets, notamment pour l'économie", a déclaré le rapporteur Ulrike Lunacek (Verts/ALE, AT). "Le Kosovo est également le seul pays des Balkans occidentaux dont les citoyens ne sont pas autorisés à voyager librement dans l'UE pour une période de trois mois. Il faut résoudre rapidement cette situation anormale afin de remédier au sentiment d'enfermement à l'intérieur du pays éprouvé par les citoyens", a-t-elle ajouté.


Les députés font remarquer que cinq États membres de l'UE n'ont toujours pas reconnu officiellement le Kosovo. Ils expliquent que si tous les pays de l'UE agissaient en ce sens, cela contribuerait à renforcer la stabilité de la région et à normaliser les relations entre la Serbie et le Kosovo.

 

Les députés soulignent que l'accord d'association UE-Kosovo, ratifié par le Parlement européen le 21 janvier, encourage fortement les réformes et ouvre la voie à l'intégration du Kosovo dans l'UE. L'indépendance des médias et du système judicaire, la lutte contre la corruption de haut niveau et le crime organisé, ou encore les réformes du marché du travail ne sont que quelques-uns des domaines qui suscitent de vives préoccupations, précise la résolution.


La résolution sur le Kosovo a été adoptée par 403 voix pour, 130 voix contre et 104 abstentions.

Procédure: résolutions non législatives



REF. : 20160129IPR11940
 
 
Contacts
 
 
 
 
   
EPTV
 

Serbie en 2015 - Kosovo, migration et réformes économiques

 
Qui est concerné?
 
 
 
 
 
 
 
Igor Šoltes
Greens/EFA
Rapporteur fictif
AFET Affaires étrangères