Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Les députés s'opposent aux autorisations de trois sojas transgéniques

Session plénière Communiqué de presse - Consommateurs / Santé publique03-02-2016 - 13:23
 

La Commission européenne ne devrait pas autoriser l'utilisation de trois sojas génétiquement modifiés tolérant le glyphosate dans les produits d'alimentation humaine et animale, a affirmé le Parlement ce mercredi. Les députés ont fait remarquer que le glyphosate, un herbicide, est classé "cancérigène probable" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et que les OGM sont autorisés dans l'UE sans le soutien des États membres.



Les trois sojas génétiquement modifiés autorisés par la Commission européenne dans des produits d'alimentation humaine et animale sont le FG72, le MON 87708 x MON 89788 et le MON 87705 x MON 89788. Les parlementaires ont adopté les trois objections distinctes, toutes présentées par les députés Bart Staes (Verts/ALE, BE), Sirpa Pietikäinen (PPE, FI), Guillaume Balas (S&D, FR), Lynn Boylan (GUE/NGL, IE) et Eleonora Evi (EFDD, IT).


Craintes concernant le glyphosate


Les députés soulignent que le glyphosate herbicide, que les trois sojas transgéniques tolèrent (tout comme d'autres herbicides dans le cas du FG72 et du MON 87708 x MON 89788), a été classé comme étant "probablement cancérigène" pour l'homme le 20 mars 2015 par l'agence spécialisée de l'OMS en matière de recherche sur le cancer.


Processus bancal


Les députés mentionnent par ailleurs que la Commission européenne déplorait elle-même le fait que depuis l'entrée en vigueur du processus d'autorisation actuel des OGM, elle avait dû adopter chaque décision d’autorisation d'OGM sans le soutien d'une majorité qualifiée d'États membres - ce qui aurait dû constituer une exception devenant par conséquent la règle.


Informations générales

 

Une législation européenne distincte, qui permettrait à tout État membre de restreindre ou d'interdire sur son territoire la vente et l'utilisation de denrées alimentaires ou d'aliments pour animaux contenant des OGM approuvés par l'UE, a été rejetée par le Parlement en octobre. Les députés craignent que cette législation ne se révèle irréalisable et n'entraîne la réintroduction de contrôles aux frontières entre les pays pro et anti OGM. Ils ont appelé la Commission à présenter une nouvelle proposition.

 

 Procédure: résolution non législative


REF. : 20160129IPR11955
Mis à jour le: ( 03-02-2016 - 17:52)
 
 
Contacts