Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Les députés en visite en Turquie pour répondre à la crise des réfugiés syriens

Autres Article - Immigration / Aide humanitaire / Délégations08-02-2016 - 16:26
 
Des réfugiés syriens assis dans un camp des Nations Unies   Un camp de réfugiés syriens en Turquie

La Syrie et la crise humanitaire qui en découle a prédominé l’agenda du Parlement européen, plus récemment dans le contexte du soutien aux 2,5 millions de réfugiés syriens actuellement en Turquie. Lors de la session plénière de janvier, les députés ont demandé aux États membres d’accorder à la Turquie un fonds d’aide de 3 milliards d’euros. Deux délégations, de la commission des libertés civiles et de la commission des budgets, se rendent cette semaine en Turquie pour évaluer la situation.


Le conflit en Syrie a engendré la plus grande catastrophe humanitaire jamais connue depuis la Seconde Guerre mondiale. Après cinq ans de combats, 6,5 millions de personnes ont été déplacées et 4,6 millions ont été forcées de se réfugier dans les pays voisins. 35 000 personnes auraient fui récemment la plus grande ville de Syrie, Alep. Aucune solution à court ou à moyen terme n’est en vue pour soutenir les personnes touchées par le conflit.

 

Selon les chiffres d’un rapport de l’Agence des Nations Unies publié fin décembre 2015, la Turquie accueillerait plus de 2,5 millions de réfugiés syriens, faisant du pays celui ayant la plus grande population de réfugiés dans le monde.


Environ 90% des réfugiés syriens de Turquie vivent en dehors des camps et selon les estimations, plus d’un réfugié sur deux est un enfant. L'Union européenne travaille en étroite collaboration avec les autorités turques mais aussi avec les agences des Nations Unies et d'autres partenaires pour répondre aux besoins humanitaires des plus vulnérables.


Le conflit en Syrie a fait de la Turquie un pays transitoire pour les réfugiés. 850 000 arrivées ont été enregistrées l’année dernière en Grèce depuis la Turquie, via la mer, la majorité étant syriens. Les États membres de l’Union européenne ont accordé le 3 février 2016 un fonds de 3 milliards d’euros à la Turquie pour répondre aux besoins immédiats des réfugiés.


Sylvie Guillaume, députée démocrate socialiste française et vice-présidente du Parlement européen, est à la tête d'une délégation en Turquie cette semaine. Les sept députés de la commission des libertés civiles visiteront des projets de soutien aux réfugiés et rencontreront des ONG et d'autres partenaires pour évaluer la situation sur le terrain.


En vue de la visite, Sylvie Guillaume a déclaré que l'objectif de cette mission était de "mieux comprendre pour mieux agir". Elle a ajouté que « la liste des sujets à aborder sera longue : protection, accueil et perspectives d'intégration des réfugiés, réinstallation, gestion des frontières, réadmission, libéralisation des visas, lutte contre les passeurs, etc. ».


Elle espère qu' "à l'issue de cette mission, nous aurons une vision globale des enjeux et ce afin de promouvoir les propositions les plus adaptées, dans le contexte de l'afflux des réfugiés et celui plus spécifique du partenariat UE-Turquie."

 

Une délégation de onze députés de la commission des budgets se rend également en Turquie cette semaine pour discuter de l’application des fonds européens avec les autorités turques et enquêter sur l'utilisation des mesures de soutien européennes pour les réfugiés de Syrie et d'Irak. La mission inclut aussi la visite d'un camp de réfugiés.


Jean Arthuis, député démocrate libéral français et président de la commission des budgets, a déclaré quelques jours avant la visite : « nous allons en Turquie pour entendre les principaux acteurs et vérifier comment se mettent en place les projets cofinancés par le budget européen et évaluer leur efficacité par rapport aux objectifs établis. Cette crise nécessite une réponse ambitieuse et coordonnée, en partenariat avec les agences de l'ONU, les États Membres, les ONG, et bien sûr les autorités turques ».


Cliquez ici pour suivre en direct la visite des députés en Turquie

REF. : 20160205STO13207