Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Mario Draghi: nous avons de nombreux outils à notre disposition si nécessaire

ECON Communiqué de presse - Affaires économiques et monétaires15-02-2016 - 18:25
 

La BCE dispose de nombreux instruments de politique monétaire et de la marge de manœuvre nécessaire pour les utiliser, a dit M. Draghi en commission économique. Le programme de rachat d'actifs est suffisamment flexible pour s'adapter aux changements des économies et marchés, a-t-il répondu face aux commentaires sur une marge de manœuvre insuffisante. Il avait déjà averti que la BCE reconsidèrerait probablement sa position monétaire en mars vu les perspectives d'inflation plus faibles que prévu.


Certains députés ont qualifié les conséquences des décisions de politique monétaire de la Banque centrale européenne de "dopage financier". Rejetant cette description, M. Draghi a affirmé ce lundi: "L'assouplissement quantitatif et notre politique monétaire ont fonctionné. Près de 50% de la reprise ces deux dernières années peut être attribuée à notre politique monétaire. Nous avons observé deux années de croissance graduelle. La croissance n'est pas spectaculaire, mais notre économie progresse". Critiqué sur les faibles taux d'intérêts de l'épargne et les difficultés liées aux fonds de pension, il a mentionné le cas des États-Unis et du Japon: "Ces pays présentent également de faibles taux d'intérêts et les problèmes pour les fonds de pension sont similaires".


Les demandes de réforme du Royaume-Uni ne devraient pas concerner le marché unique ni l'Union monétaire


Invité à s'exprimer sur les demandes de réforme du Royaume-Uni, M. Draghi a souligné que la BCE ne participait pas aux négociations. "Cependant, le marché unique et l'Union européenne monétaire sont des atouts à protéger", a-t-il expliqué, ajoutant que "tout accord ne devrait pas entraver les efforts d'intégration dans la zone euro".


Billet de 500 euros, agences de notation de crédit et prêts non productifs


M. Dragi a reconnu que la BCE aimerait abandonner les billets de 500 euros étant donné qu'ils sont de plus en plus utilisés à des fins criminelles.


Il ne s'est pas montré trop enthousiaste quant à la proposition de moins se reposer sur les agences internationales de notation de crédit et à la création d'une agence de notation européenne indépendante à la place. "Les principales agences sont celles utilisées par les investisseurs et c'est là le critère le plus important", a-t-il commenté.


Certains députés se sont dit inquiets quant aux conséquences des prêts non productifs apparus sur le bilan de banques italiennes et ont demandé si la BCE avait l'intention de les racheter dans le cadre de son programme d'assouplissement quantitatif. "Nous ne parlons pas de racheter quoi que ce soit", s'est exclamé M. Draghi. "Ces prêts pourraient être acceptés comme actifs en garantie, mais cela est différent. Nous disposons de critères en la matière et nous ne pouvons pas faire preuve de discrimination", a-t-il dit, précisant que "la BCE n'a jamais enregistré de pertes en termes de garanties jusqu'à présent".


Les banques cotées en bourses dans la zone euro en dessous de leur valeur comptable


"Le récent déclin du prix des actions, en particulier dans le domaine bancaire [...], reflète la plus grande sensibilité du secteur face à des perspectives économiques plus faibles que prévu. Cela reflète aussi le fait que certaines parties craignent que la filière bancaire ne soit exposée à des risques plus importants dans les secteurs produisant des matières premières. La majeure partie des banques cotées en bourse dans la zone euro, bien qu'elles soient relativement peu exposées aux marchés émergents et aux pays producteurs de matières premières, sont actuellement négociées en dessous de leur valeur comptable. [...] Nous devons admettre que la refonte réglementaire, depuis le début de la crise, a posé les fondations d'une résistance croissante et durable, non seulement pour les institutions mais aussi pour le système financier dans son ensemble", a-t-il conclu.

REF. : 20160215IPR14342
Mis à jour le: ( 16-02-2016 - 09:34)
 
 
Contacts