Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Crise des réfugiés : des députés évaluent la situation en Turquie

Autres Article - Justice et affaires intérieures / Politique d'asile15-02-2016 - 17:49
 
01_DAY1 (LIBE)_Turkey: MEPs assess response to refugee crisis   Des enfants vivant dans le camp de réfugiés de Nizip, à 45 kilomètres de la frontière syrienne

Gülhan était étudiante à Lattaquié, en Syrie, lorsque la guerre civile a éclaté dans son pays. La jeune femme de 32 ans vit depuis quatre ans maintenant dans un camp de réfugiés à Osmaniye, au sud de la Turquie. Le conflit syrien a déclenché la plus grande catastrophe humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale. La semaine dernière, deux délégations menées par les députés Sylvie Guillaume et Jean Arthuis se sont rendues en Turquie afin d'évaluer la situation sur le terrain.


Le parcours de Gühlan n'est qu'une des nombreuses histoires entendues sur le terrain par les députés qui se sont rendus en Turquie du 8 au 11 février dernier.


Après presque cinq ans de conflit en Syrie, plus de 250 000 personnes ont perdu la vie et, comme Gühlan, plus de 11 millions ont été déplacées. Au cours de ces deux dernières semaines, des dizaines de milliers de Syriens ont fui la région d'Alep, rejoignant bien souvent la frontière sud de la Turquie.


Alors que le pays accueille à lui seul 2,5 millions de réfugiés syriens, les États membres de l'Union européenne se sont entendus le 3 février dernier sur un fonds de 3 milliards d'euros destiné à aider le pays à gérer ce flux migratoire sans précédent.


Délégation de la commission des libertés civiles


C'est dans ce contexte qu'une délégation de sept membres de la commission des libertés civiles, menée par la députée démocrate socialiste française Sylvie Guillaume, s'est rendue en Turquie la semaine passée.


Les députés ont notamment visité le camp de Nizip, situé à 45 kilomètres de la frontière syrienne, qui accueille environ 15 000 réfugiés.


Pour Sylvie Guillaume, le message du Parlement européen est un message « de compréhension et de reconnaissance quant aux efforts déployés par les autorités turques et les communautés locales ». Les députés ont salué les efforts de la Turquie en ce qui concerne l'approvisionnement en nourriture et en soins médicaux dans les camps, tout en rappelant que seuls 10 % des réfugiés syriens accueillis en Turquie bénéficient de telles infrastructures.


Les députés ont également rendu visite à des familles qui ne vivent pas dans les camps, mais qui sont bénéficiaires d'un programme de bons en ligne financés par l'Union européenne. À Gaziantep, Sylvie Guillaume a expliqué que « les conditions de vie des réfugiés vivant dans les camps sont très différentes de celles des autres réfugiés. Ceux qui ne vivent pas dans des camps ont une situation très précaire et ont besoin d'une aide de toute urgence, en particulier en ce qui concerne la scolarisation et l'emploi ». D'après les estimations, 50 % des réfugiés syriens seraient des enfants, et seuls 14 % des enfants vivant en dehors des camps seraient inscrits à l'école.


La Turquie est désormais le pays qui accueille le plus grand nombre de réfugiés au monde. Afin d'avoir un aperçu aussi large que possible de la situation, les députés membres de la délégation ont rencontré des responsables turcs ainsi que des représentants de l'agence des Nations unies pour les réfugiés à Ankara. Ils ont également visité un centre d'enregistrement à destination de réfugiés originaires de plus de 80 pays.


Délégation de la commission des budgets


Une délégation de onze députés de la commission des budgets s'est également rendue en Turquie la semaine dernière pour vérifier, sur le terrain, l'utilisation de l'aide européenne aux réfugiés.


« Je peux comprendre l'impatience de ces personnes à rentrer dans leur pays. Notre priorité doit être de rétablir la paix au Moyen-Orient, car seule la paix peut résoudre le problème de l'immigration », a déclaré le Président de la commission des budgets, le député libéral français Jean Arthuis, après s'être entretenu avec une famille de réfugiés syriens dans le camp d'Osmaniye le 10 février.


En référence au récent accord sur le fonds d'aide à la Turquie pour gérer la crise migratoire, Jean Arthuis a souligné l'urgence d'utiliser cet argent au plus vite : « Nous avons besoin de transparence et de clarté du côté turc. Nous faisons face à une vraie urgence, et la confiance est indispensable afin de réagir rapidement ».


Dans le camp d'Osmaniye, les députés ont visité un supermarché et une bibliothèque financés par l'Union européenne.


La délégation a également rencontré des représentants de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, du programme alimentaire mondial, de l'UNICEF ainsi que du gouvernement turc.


Le soutien de l'Union européenne en réponse à la crise en Syrie


L'Union européenne est la première donatrice en matière de réponse internationale au conflit syrien : 5 milliards d'euros ont été alloués au pays dans le cadre de l'aide humanitaire, de l'aide au développement et de l'assistance économique. Le nouveau fonds d'aide de 3 milliards d'euros, débattu par les députés réunis en session plénière à Strasbourg le 2 février, devrait permettre à la Turquie de continuer à répondre aux besoins des réfugiés et des communautés d'accueil.


En plus d'être une terre d'accueil, la Turquie est également devenue un pays transitoire pour les réfugiés. À la fin de l'année 2015, un peu plus d'un million d'individus étaient arrivés en Europe par la mer, dont 49 % étaient des Syriens. La majeure partie de ces réfugiés avait transité par la Turquie. Plus d'un demi-million de personnes étaient arrivées par l'île grecque de Lesbos.


Selon les derniers chiffres de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, plus de 80 000 réfugiés et migrants sont arrivés en Europe par bateau au cours des six premières semaines de 2016 : c'est plus que le nombre de personnes entrées en Europe au cours des quatre premiers mois de 2015. Depuis le début de l'année, 400 personnes ont déjà perdu la vie en tentant de traverser la Méditerranée.


Cliquez sur les liens à droite pour en savoir plus sur la réponse de l'Union européenne au conflit en Syrie et à la crise des réfugiés, ainsi que sur la visite en Turquie des députés.

REF. : 20160215STO14227
Mis à jour le: ( 07-03-2016 - 17:23)
 
 
   
Jean Arthuis
 

Entretien avec le député Jean Arthuis (ADLE, France), à la tête de la délégation de la commission des budgets

 
Sylvie Guillaume
 

Entretien avec la députée Sylvie Guillaume (S&D, France), à la tête de la délégation de la commission des libertés civiles

 
2,5 millions
Nombre de réfugiés syriens enregistrés en Turquie
(Lire la suite)