Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Intégration des réfugiés au marché du travail : avantages, opportunités et défis

Autres Article - Droits de l'homme / Développement et coopération / Politique sociale / Politique de l'emploi18-02-2016 - 18:24
 
Portrait de Brando Benifei   Le député démocrate socialiste italien Brando Benifei - ©European Union 2016- EP

L'Europe est actuellement confrontée au plus grand mouvement de population depuis la Seconde Guerre mondiale. La question de l'emploi constitue une part importante du processus d'intégration des réfugiés. Jeudi 18 février, les députés de la commission de l'emploi et des affaires sociales se sont penchés en compagnie d'experts internationaux sur les avantages, les opportunités et les défis de l'intégration des réfugiés au marché du travail européen.


L'intégration et l'inclusion sociale des réfugiés est un sujet particulièrement politisé. Il touche à la fois aux problématiques de l'asile, de la protection internationale, du marché du travail et des discriminations, a expliqué le député démocrate socialiste italien Brando Benifei en charge du dossier au Parlement.


Les politiques européennes sont fragmentées et les compétences de l'Union européenne demeurent limitées dans certains domaines. En pratique, les conditions pour un accès des réfugiés au marché du travail varient selon les États membres.


Comment intégrer les réfugiés au marché du travail ?


« Une intégration réussie exige non seulement des mesures visant à soutenir une intégration au marché du travail, mais aussi des mesures et des services supplémentaires tels que les regroupements familiaux, l'accès aux soins de santé, le soutien psychosocial, la réinsertion, les conseils juridiques ou les formations linguistiques », a expliqué Denis Haveaux, Directeur du bureau de l'Union européenne de la Croix-Rouge.


La longueur des procédures de demandes d'asile peut néanmoins ralentir le processus d'intégration, comme l'a rappelé Hala Akari, membre de l'association représentant les réfugiés syriens en Suède.


Certains intervenants ont souligné la nécessité de mettre en place des normes communes pour la reconnaissance des qualifications professionnelles et l'évaluation des compétences non techniques. La députée verte britannique Jean Lambert s'est ainsi interrogée sur la mise en œuvre « d'une évaluation systématique des compétences dont les personnes disposent déjà en arrivant ».


« Les réfugiés d'aujourd'hui ne doivent pas devenir les chômeurs de longue durée de demain », a averti Wolfgang Mueller de l'agence fédérale allemande pour l'emploi.


En ce qui concerne la question de l'intégration au marché du travail à l'aide de subventions ou de bourses, la députée démocrate socialiste allemande Jutta Steinruck a expliqué que « tous ceux qui cherchent un emploi en Europe devraient être traités de la même manière, peu importe qu'ils soient citoyens de l'Union européenne ou originaires d'autres parties du monde ».


La question de la solidarité


Les États membres doivent surmonter leur absence de solidarité, a souligné Ryszard Cholewinski, spécialiste en politique migratoire à l'organisation internationale du travail.


L'Europe doit s'appuyer sur ses valeurs pour combattre en particulier toutes les formes de xénophobie, a expliqué la députée démocrate-chrétienne française Elisabeth Morin-Chartier : « L'Europe est un point d'attraction pour tous, et en particulier en raison des valeurs qu'elle incarne ».


Défis pour l'Europe


Le consensus sur les mesures à prendre pour faciliter l'intégration des réfugiés a également été contesté. Le député conservateur polonais Czeslaw Hoc a qualifié certaines des idées évoquées de « vœux pieux » : « Chaque pays a sa propre identité nationale. Une intégration sans assimilation est une utopie ».


La réunion du 18 février a été présidée par la vice-présidente de la commission de l'emploi, la députée démocrate socialiste suédoise Marita Ulvskog.

REF. : 20160218STO14834