Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Les priorités économiques, sociales et pour le marché unique 2016 du Parlement européen adoptées

Session plénière Communiqué de presse - Institutions / Affaires économiques et monétaires / Politique de l'emploi25-02-2016 - 12:52
 

Les priorités économiques, sociales et pour le marché unique du Parlement pour 2016 ont été adoptées ce jeudi dans trois résolutions distinctes. Les députés ont fait part de leur contribution au prochain sommet sur l'économie, prévu en mars, se concentrant sur la mise en œuvre du pacte de stabilité et de croissance, sur ses aspects sociaux et sur la façon de continuer à exploiter le potentiel économique du marché unique.


Flexibilité pour les investissements et les réformes structurelles


La résolution de Maria João Rodrigues (S&D, PT), adoptée par 395 voix pour, 203 voix contre et 50 abstentions, précise que le pacte de stabilité et de croissance devrait être totalement mis en œuvre mais en faisant preuve de flexibilité pour les investissements et les réformes structurelles ainsi que pour faire face aux défis liés aux réfugiés et à la sécurité. Par ailleurs, les députés plaident pour un allègement de la fiscalité pesant sur le travail, un meilleur suivi national des recommandations spécifiques pays par pays, davantage d'investissements nationaux dans les pays qui présentent d'importants excédents de la balance courante, et des mesures contre la planification fiscale agressive de l'impôt sur les sociétés.


Mme Rodrigues a affirmé: "Dans un contexte de crises multiples, nous devons renforcer la cohésion interne de l'UE grâce à une reprise économique plus solide et plus équilibrée. Ce dont l'Europe a besoin aujourd'hui, c'est de se concentrer davantage sur les investissements et la demande intérieure, en particulier au vu de l'important excédent extérieur de la zone euro. Parallèlement, une deuxième vague de réformes doit avoir lieu, pour améliorer l'éducation, l'innovation, l'administration publique et la perception des impôts ainsi que pour garantir des systèmes de soins de santé durables qui réduisent les inégalités sociales".


Équité sociale


La résolution de Sofia Ribeiro (PPE, PT), adoptée par 404 voix pour, 201 voix contre et 35 abstentions, souligne l'importance des indicateurs liés à l'emploi inclus récemment dans l'examen annuel de la croissance afin de surveiller les développements sociaux dans les États membres. Les députés souhaitent une définition européenne de l'équité sociale, à laquelle devraient répondre les politiques de l'emploi et sociales, en particulier dans la mise en œuvre des réformes structurelles qui touchent le plus durement les groupes vulnérables. Finalement, les députés estiment que les gouvernements nationaux devraient petit à petit déplacer les taxes sur le travail vers d'autres sources imposables.


Mme Ribeiro a déclaré: "L'introduction d'indicateurs sociaux - taux d'activité, chômage des jeunes et chômage à long terme - permettra d'évaluer les déséquilibres internes dans les États membres, leur offrant ainsi la possibilité de modifier leurs réformes économiques et sociales lorsque cela s'avère nécessaire. Il s'agit d'un grand pas en avant, qui nous permettra de renforcer le pilier social du processus du semestre européen, répondant aux attentes, craintes et besoins de nos citoyens".


Intégration du marché unique et PME


Dans une résolution de Catherine Stihler (S&D, UK), adoptée par 462 voix pour, 166 voix contre et 7 abstentions, les députés appellent à nouveau à inclure le pilier du marché unique dans le semestre européen, avec un système de surveillance régulier, une identification des obstacles au marché unique spécifiques par pays, et une évaluation de son intégration et de sa compétitivité. Une importance particulière devrait être accordée à la croissance et à l'emploi, notamment aux PME, ont ajouté les parlementaires.


Mme Stihler a commenté: "Le marché unique est une ressource indispensable dont dépend la future prospérité économique de l'Union européenne. Son potentiel inexploité, estimé à 1000 milliards d'euros, représente l'occasion de garantir son bon fonctionnement pour nous tous. Afin d'obtenir de véritables résultats en termes d'emploi, de croissance et de compétitivité, les progrès réalisés dans le domaine de l'intégration du marché unique au sein des États membres doivent s'accompagner d'une meilleure gouvernance et d'une transparence accrue, y compris la mise en œuvre et l'application de la législation européenne existante.



Débat: mercredi 24 février

Vote: jeudi 25 février

Procédure: résolutions non législatives

REF. : 20160223IPR15486
Mis à jour le: ( 25-02-2016 - 14:40)
 
 
Contacts