Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Appliquer l'accord Przhino dans son intégralité pour améliorer les perspectives d'UE, exhortent les députés

AFET Communiqué de presse - Elargissement / Relations extérieures01-03-2016 - 10:58
 

Il est d'une importance cruciale de continuer à soutenir les progrès de l'ancienne République yougoslave de Macédoine vers l'adhésion à l'UE, ont déclaré les députés de la commission des affaires étrangères lundi. Mais seulement si l'"Accord Przhino" de juillet 2015 visant à sortir le pays de la crise politique par le biais d'élections est pleinement mis en œuvre et si des progrès substantiels sont aussi atteints en matière de priorités de réformes urgentes.


Les réformes urgentes prioritaires comprennent la liberté des médias, le contrôle parlementaire de l'interception des communications et la lutte contre la corruption.


La résolution sur l'ancienne République yougoslave de Macédoine, rédigée par Ivo Vajgl (ADLE, SL) se félicite de l'accord politique conclu par les quatre principaux partis politiques à Skopje en juin et juillet 2015 et les invite "à assumer leurs responsabilités vis-à-vis des citoyens et à assurer la mise en œuvre intégrale de tous leurs engagements d'une manière durable et négociée", afin de mettre le pays sur la voie de l'UE.


Les députés soulignent la nécessité de se préparer à l'avance pour les élections législatives, maintenant prévues pour le 5 juin 2016, afin de garantir "les plus hautes normes internationales, y compris en assurant des procédures électorales libres et équitables et l'amélioration de la liberté des médias". Ils mettent également en évidence le rôle essentiel du Procureur spécial pour le processus démocratique, qui devrait "recevoir toutes les ressources nécessaires pour enquêter sur tous les actes répréhensibles liés à l'interception des communications".


Préoccupés par la corruption généralisée, en particulier dans les administrations étatiques et locales, les marchés publics et le financement des partis politiques, les députés invitent le gouvernement "à lutter contre la corruption d'une manière non sélective et à tenir un registre fiable en matière de prévention et de poursuites".


La résolution reconnaît que l'ancienne République yougoslave de Macédoine, pays candidat à l'UE depuis décembre 2005, est considérée comme le candidat le plus avancé en termes d'alignement avec l'"acquis", corps de la législation européenne.


L'ancienne République yougoslave de Macédoine voit néanmoins son processus d'adhésion à l'UE "bloqué par le Conseil, en partie en raison de la question du nom non résolue avec la Grèce", estiment les députés ajoutant que "les questions bilatérales doivent être adressées le plus tôt possible dans un esprit constructif au cours du processus d'adhésion, en tenant compte des principes et des valeurs de l'ONU et de l'UE".


Le vote a eu lieu moins d'une semaine après que les médiateurs du Parlement, Ivo Vajgl (ADLE, SL), Richard Howitt (S&D, UK) et Eduard Kukan (PPE, SK) soient allés à Skopje afin d'aider toutes les parties à établir une base pour la réalisation de conditions pour des élections crédibles.


La résolution a été adoptée par 42 voix contre 9, avec 2 abstentions.


Prochaines étapes


Le Parlement au complet se prononcera à Strasbourg le 10 mars.

REF. : 20160229IPR16412
Mis à jour le: ( 01-03-2016 - 15:27)
 
 
Contacts