Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Débat en plénière sur les conclusions du sommet Union européenne - Turquie

Session plénière Article - Institutions08-03-2016 - 16:35
 
Passeport syrien dans la boue   Un passeport syrien retrouvé à la frontière entre la Grèce et l'ancienne République yougoslave de Macédoine - © HCR / Achilleas Zavallis

Mercredi 9 mars, les députés réunis en session plénière à Strasbourg ont débattu des conclusions du sommet entre l'Union européenne et la Turquie qui s'est tenu lundi dans l'objectif de parvenir à un accord sur la crise des réfugiés. L'une des propositions mise sur la table prévoit que pour chaque Syrien réadmis en Turquie depuis la Grèce, un autre réfugié soit accueilli dans l'Union européenne. 132 000 personnes sont entrées en Europe par la mer au cours des deux premiers mois de 2016.


« Un Syrien pour un Syrien » : le principe présenté lors du sommet entre l'Union européenne et la Turquie prévoit que pour chaque migrant syrien en situation irrégulière transféré depuis la Grèce vers la Turquie, un autre soit réinstallé de la Turquie vers l'Union européenne. Le conflit syrien est considéré comme la plus grave crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Au cours de ces six dernières années, 6,5 millions de personnes auraient été déplacées à l'intérieur du pays, et 4,7 millions contraintes de fuir vers les pays voisins.


La crise des réfugiés et la Turquie


La Turquie accueille le plus grand nombre de réfugiés dans le monde et joue donc un rôle essentiel dans la résolution de la crise migratoire que traverse actuellement l'Union européenne. 3 millions de réfugiés se trouveraient actuellement en Turquie, qui est également un pays de transit pour la plupart de ceux qui rejoignent l'Europe par la mer.


La libéralisation des visas pour les citoyens turcs ainsi qu'une accélération des négociations concernant l'adhésion du pays à l'Union européenne font partie des autres points évoqués lors du sommet de lundi. Les propositions sur la table incluent également davantage de fonds pour aider la Turquie à faire face à l'afflux de réfugiés, en plus des 3 milliards d'euros déjà promis par l'Union européenne. Les chefs d'État et de gouvernement européens se réuniront les 17 et 18 mars à Bruxelles afin de prendre une décision finale concernant ces différentes propositions.


Après sa rencontre avec le Premier ministre turc Ahmet Davutoğlu, le Président du Conseil Donald Tusk et le Président de la Commission Jean-Claude Juncker, le Président du Parlement européen Martin Schulz a déclaré : « Il ne s'agit pas d'une voie à sens unique. La Turquie a besoin de l'Union européenne, tout comme l'Union européenne a besoin de la Turquie. L'Europe fait face à une crise des réfugiés et des migrations sans précédent, mais cela est aussi vrai pour la Turquie. Notre coopération est donc essentielle ».


Martin Schulz a également participé à un déjeuner de travail au cours du sommet du 7 mars. Concernant la libéralisation des visas pour les citoyens turcs, il a notamment rappelé que « le Parlement, en tant que co-législateur, est prêt à jouer au maximum son rôle afin de contribuer à un résultat positif dans les prochains mois ». Le Président du Parlement a néanmoins souligné les inquiétudes du Parlement en ce qui concerne les récents développements en matière de liberté de la presse en Turquie, et a déclaré que le processus d'adhésion du pays et la crise des réfugiés sont des problématiques qui doivent être traitées séparément.

 

Débat en plénière


L'ensemble du Parlement a débattu des conclusions du sommet Union européenne - Turquie ce mercredi 9 mars. Avec la représentante de la présidence néerlandaise du Conseil Jeanine Hennis-Plasschaert et le Commissaire Valdis Dombrovskis, les députés ont également fait part de leurs attentes concernant le sommet des 17 et 18 mars.


Au cours du débat, les députés ont souligné l'importance de respecter les règles internationales en matière d'asile et ont insisté sur le fait que les négociations d'adhésion avec la Turquie ne devraient pas être liées à la question des réfugiés.


Retrouvez plus d'informations autour du débat en cliquant ici.


Le rôle du Parlement européen


Avec 13,5 millions de Syriens ayant besoin d'une aide humanitaire, le conflit et la crise des réfugiés qui en découle sont au cœur de l'agenda du Parlement européen. Les députés ont demandé à plusieurs reprises davantage d'efforts pour lutter contre de nouveaux naufrages en Méditerranée. Ils ont également appelé les États membres à faire preuve d'une plus grande solidarité à l'égard des États membres qui font le plus face à l'afflux de réfugiés.


D'après les estimations de l'agence des Nations unies pour les réfugiés, près de 132 000 personnes ont traversé la Méditerranée au cours des deux premiers mois de 2016, dont 123 000 sont arrivées par la Grèce. Rien qu'au cours des mois de janvier et de février, 410 personnes ont perdu la vie lors de leur traversée en mer. 13 000 réfugiés seraient actuellement bloqués à la frontière entre la Grèce et l'ancienne République yougoslave de Macédoine.


Le Parlement a décidé de consacrer la journée internationale de la femme 2016 aux réfugiées et demandeuses d'asile dans l'Union européenne. Face aux députés mardi 8 mars, le Haut-Commissaire de l'ONU pour les réfugiés Filippo Grandi a indiqué que le nombre de femmes voyageant seules, avec des enfants ou étant enceintes a dépassé celui des hommes depuis le début de l'année. Selon lui, cette crise représente un « moment de vérité pour réaffirmer les valeurs de l'Union européenne ».


Deux délégations du Parlement européen se sont rendues en Turquie en février dernier afin de rencontrer ceux qui sont touchés par le conflit syrien et d'évaluer sur le terrain le travail des autorités turques. Les députés ont salué les efforts de la Turquie pour fournir un logement, de la nourriture, des soins et une éducation dans les camps de réfugiés, tout en rappelant que seuls 10 % des réfugiés syriens en Turquie vivent au sein de telles installations.

REF. : 20160304STO17381
Mis à jour le: ( 09-03-2016 - 12:18)
 
 
   
La crise des réfugiés au coeur du sommet UE - Turquie
 

Le Président du Parlement euroépen revient sur la demande de la Turquie de 3 milliards d'euros supplémentaires ainsi que le processus d'adhésion du pays à l'Union européenne.

 
Jeanine Hennis-Plasschaert et Valdis Dombrovskis
 

De gauche à droite : la représentante de la présidence néerlandaise du Conseil et le représentant de la Commission lors du débat - ©Union européenne 2016 - PE