Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Droits de l'homme en Égypte : les députés débattent du meurtre de Giulio Regeni

Session plénière Article - Droits de l'homme10-03-2016 - 10:31
 
A man holds up a portrait of Giulio Regeni, the Italian student slained in Cairo, as several dozen people stage a sit-in outside Egypt's embassy in Rome. ©Massimo Percossi/AP Photos/European Union-EP   Un homme tenant un portrait de Giulio Regeni devant l'ambassade d'Egypte à Rome - ©Massimo Percossi/AP Photos/Union européenne-PE

Le doctorant italien Giulio Regeni enquêtait sur les syndicats en Égypte lorsqu'il a disparu en janvier dernier. Son corps a été retrouvé neuf jours plus tard avec des signes de torture. Les médias et les militants des droits de l'homme soupçonnent les forces de sécurité égyptiennes d'être impliquées, ce que les autorités continuent de nier. Jeudi 10 mars, les députés ont débattu de la situation en Égypte et du cas de Giulio Regeni. Ils ont ensuite adopté une résolution d'urgence à ce sujet.


Si l'Égypte est un partenaire important de l'Union européenne, le Parlement a régulièrement exprimé ses inquiétudes concernant les restrictions liées aux droits fondamentaux, au pluralisme et à l'état de droit en Égypte.


« Par le biais de résolutions d'urgence, le Parlement s'est penché sur la situation dans le pays à plusieurs reprises au cours de ces derniers mois. Ces textes soulignent les importantes préoccupations du Parlement, préoccupations qui devraient se refléter au plus haut niveau des relations entre l'Union européenne et l'Égypte. Le respect des droits de l'homme et les engagements internationaux représentent un principe clé des accords avec l'Union européenne. Nous devons remplir cet engagement », explique la députée démocrate socialiste espagnole et Présidente de la commission des droits de l'homme Elena Valenciano.


Dans une résolution adoptée le 10 mars, les députés ont appelé les autorités égyptiennes à mener une enquête indépendante autour du cas de Giulio Regeni.


La disparition et la mort de Giulio Regeni : un accident isolé ?


Plusieurs organisations de la société civile ont souligné le nombre croissant de rapports concernant des allégations de torture au cours de gardes à vue et des disparitions forcées en Égypte.


Pourquoi se pencher sur un cas particulier ?

 

« Le cas de Giulio Regeni n'est qu'un nouvel exemple horrible de la situation préoccupante des droits de l'homme en Égypte », souligne Elena Valenciano.

 

 « Il s'agit en quelque sorte d'un rappel : le respect des droits de l'homme devrait être au cœur de nos relations avec l'Égypte. Nos résolutions d'urgence se penchent souvent sur des cas particuliers, autour desquels nous espérons pouvoir jouer un rôle. Elles représentent aussi des signaux envoyés aux pays concernés : nous leur rappelons que la protection et la promotion des droits de l'homme doit être une priorité, et qu'ils doivent assumer la responsabilité de telles violations », explique le député démocrate-chrétien roumain et vice-président de la commission des droits de l'homme Cristian Dan Preda.


Les droits de l'homme, une priorité pour le Parlement


Le Parlement européen dénonce régulièrement les violations des droits de l'homme dans le monde. Lors de chaque session plénière à Strasbourg, les députés débattent des cas de violations des droits de l'homme et adoptent ensuite des résolutions dites d'urgence.


Un débat peut être sollicité par une commission, une délégation interparlementaire, un groupe politique ou par au moins quarante députés. La Conférence des Présidents, composée du Président du Parlement européen et des chefs des différents groupes politiques, dresse une liste de trois sujets par plénière au maximum.


« Les résolutions d'urgence ont des conséquences sur le terrain, parfois même plus grandes que ce que nous imaginons. Elles servent d'outil pour les défenseurs des droits de l'homme et pour la société civile au sens large », explique Elena Valenciano.


Les députés européens participent aussi au suivi des élections dans le monde et s'assurent que les droits de l'homme soient respectés dans le cadre des accords commerciaux de l'Union européenne. Chaque année, le Parlement décerne également le Prix Sakharov pour la liberté de l'esprit.


Pour en savoir plus sur le rôle du Parlement européen dans la défense des droits de l'homme, consultez notre infographie en cliquant ici.

REF. : 20160309STO18493
Mis à jour le: ( 11-03-2016 - 12:39)