Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Crise des réfugiés : Sylvie Guillaume et Jean Arthuis répondent à vos questions

Autres Article - Immigration17-03-2016 - 18:33
 
Montage de photographies prises lors du chat   Les deux députés se sont prêtés au jeu des questions-réponses lors d'un chat Facebook

Le conflit syrien, qui entre dans sa cinquième année, est considéré comme la plus grave crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Le mois dernier, deux délégations du Parlement menées par Sylvie Guillaume et Jean Arthuis se sont rendues en Turquie afin d'évaluer la situation des 2,5 millions de réfugiés syriens accueillis dans le pays. Les deux députés ont répondu aux questions des internautes lors d'un chat organisé sur la page Facebook du Parlement mercredi 16 mars.


Sylvie Guillaume, Vice-Présidente du Parlement européen et députée démocrate socialiste française, et Jean Arthuis, Président de la commission des budgets et député libéral français, ont répondu aux questions des internautes lors d'un chat consacré à la crise migratoire et aux réponses européennes.


Les deux députés se sont rendus en Turquie en février dernier. Sur place, ils ont visité des camps de réfugiés et ont rencontré des ONG ainsi que des responsables politiques. Près de trois millions de réfugiés sont actuellement accueillis en Turquie. Pour Sylvie Guillaume, l'idée « d'échanger » ceux qui risquent de se noyer en Méditerranée par ceux qui sont entrés régulièrement en Turquie ressemble à « un troc assez sordide ».


La plupart des réfugiés qui parviennent en Europe arrivent par la Grèce : « En plus de la situation économique, ce pays ne peut pas faire face seul à la crise humanitaire. L'Union européenne doit aider la Grèce de manière logistique mais aussi financière », a averti Sylvie Guillaume.


Si l'accueil des réfugiés est primordial, Jean Arthuis a également noté la nécessité d'assurer un contrôle des frontières extérieures et d'accélérer les efforts diplomatiques européens afin de restaurer la paix au Moyen-Orient. « L'Europe doit exercer la même vigilance, tout en respectant les Conventions internationales s'agissant des réfugiés. A la vérité, l'accueil des réfugiés fuyant les guerres et les violences est une obligation morale, imprescriptible », a-t-il déclaré.


L'un des aspects clés de la crise migratoire est celui de la relocalisation des réfugiés. Pour Sylvie Guillaume, « leur objectif premier est d'être en sécurité. Il faut garder à l'esprit que la plupart de ces personnes voudront retourner dans leur pays une fois la guerre finie ».


Cliquez ici pour accéder à toutes les actualités du Parlement européen


Répondant à une question sur la suspension temporaire des accords de Schengen, Jean Arthuis a souligné que « les États membres ont eu tort de supprimer les frontières intérieures sans sécuriser les frontières extérieures ». Pour lui, « il faut un droit d'asile européen et une centralisation de l'instruction et des demandes d'asile ».


Actuellement, le règlement Dublin III détermine quel État membre est responsable du traitement des demandes d'asile. Pour Jean Arthuis, ce système doit être réformé : « Les migrants qui fuient la violence et la guerre dans la Corne de l'Afrique et au Moyen-Orient arrivent par la Grèce et l'Italie. Nous ne pouvons pas laisser un tel fardeau sur ces pays (…) Il est illusoire de penser que les États membres peuvent résoudre ce problème seuls ».


Au cours du chat Facebook, certains internautes ont fait part de leurs craintes quant à la montée du fascisme et de la xénophobie en Europe. Pour Jean Arthuis, « ce qui propage le populisme et l'euroscepticisme, c'est l'exaspération des citoyens face à l'impuissance des gouvernances publiques, qu'elles soient nationales ou européennes ». Sylvie Guillaume a quant à elle accusé certains représentants élus d'agiter les peurs plutôt que d'apporter des solutions : « Ce qui les intéresse, ce n'est pas de résoudre la crise humanitaire ».


Après 45 minutes de discussion instantanée, Sylvie Guillaume a conclu en soulignant que selon elle, « l'Union européenne passe un stress test avec cette crise humanitaire. C'est un test de solidarité. Les États membres doivent faire la preuve de leur responsabilité collective ».


Pour Jean Arthuis, « la crise des migrations et de l'accueil des réfugiés nous offre les termes d'une pédagogie pour renforcer l'Europe et son intégration politique ».


Cliquez ici pour retrouver l'intégralité du chat Facebook.

REF. : 20160314STO19253