Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Technologies quantiques : du système GPS à l'Internet haut débit

Autres Article - Recherche et innovation07-04-2016 - 17:16
 

Lasers, transistors, GPS, téléphones mobiles… Un grand nombre d'appareils et de technologies de notre vie quotidienne reposent sur la physique quantique. Une nouvelle vague d'innovation dans le domaine pourrait faire émerger des ordinateurs jusqu'à un million de fois plus rapides et des codes indéchiffrables. L'unité STOA, le service du Parlement qui évalue les choix scientifiques et technologiques, a organisé mercredi 6 avril un atelier en compagnie d'experts sur le sujet.


Explorer les propriétés de la physique quantique


La théorie quantique explique le comportement, parfois étrange, de la matière au niveau subatomique, c'est-à-dire à l'échelle des électrons. Un électron peut par exemple se trouver dans des endroits différents en même temps, un phénomène connu sous le nom de superposition quantique. L'électron peut également interagir avec une autre particule située à une certaine distance de celui-ci, grâce à l'effet appelé l'intrication.


Les scientifiques ainsi que les ingénieurs utilisent ces caractéristiques pour développer des technologies de pointe, comme des ordinateurs beaucoup plus rapides que ceux d'aujourd'hui ou des capteurs extrêmement précis.


En utilisant les capacités des particules subatomiques, capables de prendre deux configurations simultanément, les ingénieurs tentent de créer un ordinateur quantique utilisant des qubits (quantum bits). Les ordinateurs que nous utilisons actuellement codent les informations en bits (0 ou 1), alors que les qubits peuvent prendre deux valeurs à la fois (0 et 1). Cette caractéristique permet d'effectuer des calculs en parallèle et d'augmenter ainsi la vitesse de l'ordinateur.


Cliquez ici pour accéder à toutes les actualités du Parlement européen


Vers de nouvelles technologies


L'atelier organisé par l'unité STOA s'est penché sur la manière dont les entreprises pouvaient utiliser les technologies quantiques afin de développer de nouvelles technologies.


« Les technologies quantiques ouvrent la voie à des communications plus sécurisées grâce à une cryptographie potentiellement indéchiffrable », a déclaré le député démocrate-chrétien autrichien et Président de l'unité STOA Paul Rübig à l'ouverture de l'atelier.


Pourtant, l'utilisation commerciale de ces technologies reste limitée, a soutenu Günther Oettinger, Commissaire européen à l'économie numérique. « La question du temps est ici essentielle, car nos concurrents ne nous attendront pas », a-t-il averti.


Le physicien Alain Aspect a notamment appelé les responsables politiques européens à un meilleur financement des scientifiques : « Nous risquons de ne plus faire partie du peloton de tête. Une partie de cet argent doit servir à créer davantage de partenariats avec l'industrie ».


Cora van Nieuwenhuizen, députée libérale néerlandaise, a exprimé sa volonté d'établir « une chaîne du savoir entre les académies, les industries et les décideurs politiques ».


Leo Kouwenhoven, de l'Institut QuTech de l'université technologique de Delft aux Pays-Bas, a quant à lui affirmé que l'informatique quantique pourrait non seulement s'avérer plus rapide, mais qu'elle consommera également beaucoup moins d'énergie. Selon lui, « la consommation d'énergie due aux technologies informatiques dans le monde représente environ 10 % de la facture d'électricité ».


« Je ne sais pas s'il faudra attendre 35 ou 25 ans pour créer un ordinateur quantique, mais il faut garder à l'esprit que si la physique nous dit que c'est potentiellement possible, alors c'est possible », a souligné Alain Aspect.


REF. : 20160407STO21711
Mis à jour le: ( 07-04-2016 - 17:32)