Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Eurobaromètre : La confiance en l’Union européenne reste stable, mais les perspectives sont sombres

Angle de vue - Institutions − France − 18-11-2016 - 16:34
 

Ce qui rassemble les citoyens de l’Union européenne est plus important que ce qui les sépare, selon 71% des Européens interrogés, et 53% d’entre eux pensent qu’être membre de l’Union européenne est bénéfique à leur pays, selon le dernier sondage Eurobaromètre spécial commandé par le Parlement européen, réalisé dans les 28 États membres et publié ce vendredi.


Sur l’appartenance à l’Union européenne

La majorité des Européens interrogés dans le sondage pensent qu’être membre de l’Union européenne est une bonne chose pour leur pays (53%, -2 points par rapport à 2015). La proportion des personnes interrogées qui partage cette opinion varie largement entre les États membres, de 74% pour l’Irlande à 31% pour la Grèce.

Pour la France, 48% des personnes interrogées partagent cet avis, 33% n’y voient ni avantage ni inconvénient, alors que 17% y sont défavorables.

Cet indicateur de confiance en l’UE est resté à peu près stable depuis 2009, date à laquelle le pourcentage était également de 53%.

Comme en 2015, 60% des sondés pensent que leur pays tire un bénéfice du fait de l’appartenance à l’Union européenne. Ce pourcentage est également resté stable dans les sondages du « Parlemètre », passant de 56% en 2009, à 52% en 2011, et de nouveau à 60% au cours de ces deux dernières années.

En France, 54% des personnes interrogées considèrent que la France retire un bénéfice de son appartenance à l’UE.

  • 20% pensent que l’UE contribue à la croissance 
  • 24% pensent que l’UE offre de nouvelles opportunités de travail
  • 28% pensent que l’UE contribue au maintien de la paix et au renforcement de la sécurité
  • 19% pensent l’UE aide notre pays à lutter contre le terrorisme
  • 30% pensent que l’appartenance à l’UE améliore la coopération entre la France et les autres pays de l’UE
  • 31% pensent que l’UE donne aux Français un poids plus important dans le monde
  • 9% pensent que l’UE améliore leur niveau de vie

De plus, selon 71% des personnes interrogées, ce qui rapproche les citoyens européens est plus important que ce qui les sépare, 63% pour la France.


Sur les éléments de l’identité européenne

Parmi les éléments de l’identité européenne, la démocratie et la liberté restent les valeurs-clé pour 50% des interrogés (56% en France), devant la monnaie unique, dont l’importance aux yeux des Européens a significativement chuté à 33% (- 6 point depuis 2015), et ce particulièrement dans l’Eurozone, même si elle reste à 39% en France.

Près d’un Européen sur deux pense qu’un système européen harmonisé de protection sociale renforcerait le sentiment d’appartenance à la citoyenneté européenne (46%, +1 point par rapport à 2015).


La nécessité de plus d’engagement européen ?

Les Européens pensent que leur voix compte de moins en moins, en particulier au niveau national. Seuls 53% d’entre eux estiment que leur voix est entendue dans leur propre pays (-10 points depuis 2015). En France, cette perception monte à 62% des personnes interrogées.

Au  niveau européen, 37% des Européens estiment que leur voix est entendue, chiffre quasiment identique dans la perception des Français (35% d’entre eux pensent que leur voix comte dans l’UE).

Les sondés ont une mauvaise vision de leur futur, que ce soit dans l’UE, où 54% d’entre eux pensent que « les choses vont dans la mauvaise direction » (+13 points depuis 2015), mais aussi dans leur propre pays (58%, soit +14 points par rapport à 2015).
Cette tendance pessimiste se vérifie surtout en France quant à la direction prise au niveau européen (72% d’opinions négatives) ou au niveau national (81% d’opinions négatives).


Le Parlement européen dans les médias

Le Parlement européen bénéficie d’une image neutre pour 44% des Européens (-2 points depuis 2015), mais 46% souhaitent qu’il joue un rôle plus important (+2 points depuis 2015). Ces chiffres sont quasiment identiques en France : 48% des interrogés ont une image neutre de l’institution, et 49% souhaitent voir son rôle évoluer.

60% des personnes interrogées disent avoir entendu parler du Parlement européen dans les médias et seulement 32% d’entre eux se considèrent informés de ses activités. Ces statistiques s’effondrent en France, avec seulement 35% des Français interrogés ayant vu, lu ou écouté une information relative au Parlement européen, et 18% se considérant informés sur ses activités.


Le Parlemètre est accessible dans son intégralité sur ce lien.

La fiche contenant les résultats du sondage pour la France est accessible sur ce lien.

REF. : 20161118AVI51852
 
 
Contacts