Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Huile de palme : une demande croissante au détriment de l’environnement

Session plénière Article - Environnement / Santé publique08-03-2017 - 16:03
 

L’huile de palme, présente dans de nombreux produits alimentaires et cosmétiques de notre quotidien, contribue à la déforestation et à la disparition d’espèces naturelles dans les régions tropicales où elle est cultivée. Ce jeudi 9 mars, les députés de la commission de l’environnement voteront sur un rapport demandant à l’Union européenne de prendre de nouvelles mesures pour une production plus durable de cette huile, alors même que son utilisation pourrait doubler d’ici à 2050.


L’huile de palme utilisée en Europe est en grande partie importée d’Indonésie et de Malaisie, mais aussi d’Afrique et d’Amérique. Son utilisation a plus que doublé depuis 2010.


« L'Union européenne est l’un des plus grands consommateurs d'huile de palme au monde », explique Kateřina Konečná, députée tchèque du groupe de la Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique en charge du dossier au Parlement. « Bien que l’Europe tente de limiter sa consommation, l'huile de palme est encore présente dans des produits où elle ne devrait pas être et où elle est complètement inutile ».


À peine utilisée il y a encore une trentaine d’années, l'huile de palme est aujourd’hui présente dans une variété d’aliments comme la margarine, les chips, la pâte à tartiner, les biscuits, mais aussi dans les cosmétiques, les détergents et les biocarburants. Ainsi, en 2014, près de la moitié de l’huile de palme consommée en Europe se trouvait dans le diesel.

 

Quel impact sur l’environnement ?


L’une des conséquences majeures de la production croissante de l’huile de palme est la déforestation : les écosystèmes tropicaux, qui représentent aujourd’hui seulement 7 % de la surface de la terre, sont de plus en plus détruits au profit de cultures servant à l’huile de palme.


En conséquence, de nombreuses espèces animales telles que le rhinocéros de Sumatra, le tigre de Sumatra ou les orangs outangs sont menacées.


Les demandes des députés


Le rapport qui sera voté ce jeudi appelle la Commission européenne à renforcer les mesures environnementales pour lutter contre la déforestation dans les régions de production.


Le texte demande également de cesser complètement d’ici à 2020 l’utilisation de l’huile de palme dans les biocarburants et de développer une certification pour les produits contenant de l’huile de palme produite de manière « socialement responsable ».


« Le Parlement européen doit être très ambitieux sur la question. Nous devrions clairement dire à la Commission que nous souhaitons développer des biocarburants qui ne détruisent pas la vie des gens et ne mettent pas en danger la biodiversité », souligne Katerina Konečná.

REF. : 20170306STO65231
Mis à jour le: ( 24-03-2017 - 09:59)