Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Session plénière du 13 au 16 février

Une discipline budgétaire mais conjuguée avec des efforts pour la croissance et l'emploi

 
Une agence pour l'emploi en Allemagne ©Belga/AFP   Une agence pour l'emploi en Allemagne ©Belga/AFP
Une coordination renforcée des politiques économiques implique des réformes structurelles et davantage de transparence des décisions prises, soulignent les résolutions du Parlement européen sur l'examen annuel de la croissance et de l'emploi. Les résolutions adoptées ce mercredi plaident également en faveur d'efforts en matière de croissance, d'emploi et de lutte contre la pauvreté.

"Les Etats membres doivent mettre en œuvre les réformes structurelles pour lesquelles ils se sont engagés. Celles-ci ne doivent pas rester lettre morte", a déclaré le Français Jean-Paul Gauzès (Parti populaire), rapporteur sur l'examen annuel de la croissance.


Pour la néerlandaise Marije Cornelissen (Verts/ALE), rapporteur sur l'emploi et les aspects sociaux de l'examen annuel de la croissance, "il y a une friction entre la politique fiscale et la politique de l'emploi mais nous devons garantir davantage de cohérence entre les deux, notamment par une meilleure gouvernance économique".


"Le Parlement européen souhaite arriver à un équilibre entre les objectifs de la stratégie EU2020 et le pacte de croissance et de stabilité. Les Etats membres mettent actuellement trop l'accent sur le pacte de stabilité au détriment de la croissance et des investissements", estime la Française Pervenche Berès (Socialistes et démocrates), rapporteur sur les lignes directrices pour l'emploi.


L'austérité budgétaire ne suffit pas à restaurer la croissance


Les mesures budgétaires, de croissance et d'emploi doivent être prises simultanément, car elles sont interdépendantes, soulignent les résolutions. Selon la résolution relative à l'examen annuel de la croissance, la feuille de route de la Commission "méconnaît la nécessité d'une action urgente pour soutenir l'activité à court terme et l'emploi".


Le Parlement a souligné l'importance de créer un climat de confiance parmi les investisseurs, les consommateurs et les citoyens. La légitimité démocratique et la prise en charge au niveau national des modifications décidées en matière de gouvernance économique doivent être renforcées, selon la résolution.  


Les députés demandent également à la Commission de mettre en lumière les mesures prises par les États membres dans le cadre de la mise en œuvre de leurs programmes nationaux de réforme.


En outre, les banques devraient prêter davantage à l'économie réelle, estiment les députés, qui appellent à des propositions législatives sur la gestion de la crise bancaire avant l'été.


Emploi et aspects sociaux


Le texte portant plus spécifiquement sur l'emploi et les aspects sociaux, demande au Conseil de s'assurer que les mesures d'assainissement budgétaire n'aient pas pour effet d'augmenter la pauvreté ou de freiner les efforts visant à lutter contre le chômage et en particulier le chômage des jeunes.


Le Parlement invite également le Conseil européen à créer une taxe sur les transactions financières.


L'Organisation internationale du travail (OIT) devrait être associée aux programmes d'aide financière de la Commission, du FMI et de la BCE, estiment les députés.


Par ailleurs, les objectifs nationaux sont actuellement insuffisants pour atteindre ceux définis par la stratégie Europe 2020 en matière d'emploi, d'éducation et de réduction de la pauvreté.