Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Réaction de la commission des budgets face au projet de budget de l'UE pour 2013

BUDG Communiqué de presse - Budget25-04-2012 - 16:19
 

Les députés de la commission des budgets ont fait connaître leur point de vue, ce mercredi, après la présentation par le commissaire européen au budget, Janusz Lewandowski, du projet de budget de l'UE pour 2013, lors du briefing pour la presse, ce midi, à la Commission. La Commission demande une augmentation du budget pour les paiements de 6,8 % (qui s'élèveraient à 138 milliards d'euros) ainsi qu'une augmentation de 2 % pour les engagements.


Alain Lamassoure (PPE, FR), président de la commission des budgets du Parlement européen, a critiqué le fait que la procédure traditionnelle de présentation du budget au Parlement européen n'ait pas été respectée, en raison de changements de dernière minute de l'ordre du jour de la Commission européenne. "Il s'agit d'une rupture avec la tradition. A présent, le public et la presse ont été informés avant les membres de l'autorité budgétaire", a-t-il souligné.


Suite aux malentendus relatifs aux montants des paiements lors des négociations de l'an dernier sur le budget 2012, MM. Lamassoure et Giovanni La Via (PPE, IT), le député européen en charge des négociations sur la partie du budget 2013 relative aux dépenses de la Commission, ont demandé une réunion conjointe avec les trois institutions concernées en vue de préciser le niveau exact des paiements nécessaires au paiement des factures pour les différents domaines politiques. Ils espèrent que cette réunion - qui aura lieu en mai - fera avancer les négociations sur le budget 2013 en précisant les montants que la Commission est tenue de payer.


M. La Via espère que le budget proposé permettra de poursuivre les projets de l'UE sans difficulté. "Nous avons demandé au commissaire de proposer un budget réaliste pour les paiements. La proposition d'aujourd'hui semble suffisante, même si elle est inférieure à nos estimations", a-t-il indiqué. Il a exprimé des réserves sur la proposition de budget relative aux engagements: "Une augmentation de 2 % signifie en réalité un gel du budget de l'UE. Pour sortir de la crise, je suis convaincu que nous avons besoin de "plus d'Europe" et non de "moins d'Europe". Par conséquent, je ne suis pas satisfait. Nous avons besoin d'un engagement plus fort pour trouver les moyens de créer de la croissance et de l'emploi, qui - après tout - sont les priorités arrêtées par les trois institutions européennes".


Le député européen en charge du budget administratif du Parlement européen pour l'an prochain, Derek Vaughan (S&D, UK), estime qu'il est important que les institutions de l'UE jouent leur rôle en matière de recherche d'économies budgétaires. "C'est pourquoi j'insiste sur un gel, voire une réduction en termes réels du budget du Parlement européen. En ces temps économiques difficiles, les institutions ont besoin de montrer de la retenue budgétaire et de savoir où réaliser des économies ", a-t-il dit.


Procédure


Le Parlement et les États membres doivent désormais parvenir à un accord sur le budget 2013. Le Conseil sera le premier à exposer sa position, suivi par le Parlement en septembre / octobre. Après quoi, des négociations auront lieu dans le cadre d'une procédure de conciliation lors d'une période de 21 jours en novembre.



Sous la présidence de : Alain LAMASSOURE (PPE, FR)

25.04.2012

REF. : 20120423IPR43722
 
 
Contacts
 
  • Ron KORVER
  • Telephone number(+32) 2 28 44659 (BXL)
  • Telephone number(+33) 3 881 74903 (STR)
  • Mobile number(+32) 498 98 35 88