Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

La pauvreté au féminin: la crise économique touche plus durement les femmes

Session plénière Communiqué de presse - Droits de la femme/Egalité des chances12-03-2013 - 14:35
 

Les femmes souffrent davantage que les hommes des réductions budgétaires de crise et des coupes dans les dépenses sociales qui doivent être compensées par l'investissement dans les formations à l'emploi et à l'entreprenariat des femmes, soulignent les députés dans une résolution non contraignante adoptée ce mardi. Deux autres résolutions examinent les moyens de réduire la prédominance des stéréotypes liés au genre dans l'UE et de protéger les droits des femmes en Afrique.




"Les femmes affrontent une crise silencieuse qui aggrave et affaiblit leur condition. Avant la crise économique, le chômage, les emplois précaires, le travail à temps partiel, les bas salaires et les carrières lentes affectaient déjà davantage les femmes que les hommes. À présent, avec les conséquences des politiques d'austérité, elles sont doublement pénalisées", a affirmé le rapporteur, Elisabeth Morin-Chartier (PPE, FR), lors du débat lundi sur la Journée internationale de la femme.


Le Parlement souligne que les réductions budgétaires dans les infrastructures sociales, d'éducation, de garde d'enfants et de santé ont poussé les femmes au chômage ou dans des emplois à temps partiel, réduisant ainsi non seulement leur revenu mais aussi leur pension.


Investir dans les femmes


Les députés estiment que pour restaurer la croissance et inverser les effets de la crise, les États membres doivent investir dans la formation continue, la requalification des politiques, le télétravail et de nouveaux emplois, promouvoir l'entrepreneuriat féminin et développer les services d'accueil des enfants. Ils doivent également inclure les femmes dans les processus de décision et promouvoir l'équilibre femmes/hommes au sein des conseils d'administration des entreprises.


La résolution sur l'impact de la crise sur l'égalité des genres et les droits de femmes a été adoptée par 495 voix pour, 96 voix contre et 69 abstentions.


Combattre les stéréotypes


Les stéréotypes de genre contribuent à la féminisation de la pauvreté, affirment les députés. Ils persistent sur le marché du travail dans certains domaines, comme les postes d'ingénieur ou les professions liées à la petite enfance, et engendrent une ségrégation professionnelle et des écarts de rémunération entre les sexes.


Les stéréotypes et des salaires inférieurs augmentent le risque pour les femmes de tomber dans la pauvreté, en particulier pour les femmes âgées, en raison également de faibles pensions" a déclaré le rapporteur, Katrika Tamara Liotard (GUE / NGL, NL). Elle a ajouté: "Les médias peuvent contribuer à réduire les stéréotypes à l'encontre des femmes".


Le PE demande à la Commission et aux États membres d'utiliser les programmes de l'UE tels que le Fonds social européen, en vue d'obtenir davantage de femmes dans les professions où elles sont sous-représentées, et de garantir un salaire égal à travail égal. 


Ils appellent à prendre des mesures pour combattre les stéréotypes dans l'éducation, dès le jardin d'enfants, dans les médias, la publicité, le marché du travail et les politiques. Les députés insistent sur l'importance de promouvoir une représentation de la femme qui respecte sa dignité plutôt que de sexualiser l'image des filles et des femmes.


La résolution non contraignante sur l'élimination des stéréotypes liés au genre dans l'Union a été adoptée par 368 voix pour, 159 voix contre et 98 abstentions.


Afrique du Nord


Le Parlement appelle à mieux utiliser les instruments de l'UE pour protéger les droits des femmes en Afrique du Nord et demande aux autorités des pays d'Afrique du Nord d'ancrer le principe de l'égalité entre femmes et hommes dans leurs constitutions et de mettre fin à toutes les formes de violence faites aux femmes.


"Il s'agit d'un signal fort et sans équivoque de la solidarité et du soutien apportés aux femmes qui se battent en Afrique du Nord pour la liberté, la démocratie et les droits humains universels des hommes et des femmes, contre toutes les formes de discrimination et de violence. Comme l'ont indiqué les protagonistes eux-mêmes, il s'agit du même combat. Nous devons soutenir et accompagner cette transition difficile et assurer que leurs droits soient reconnus et protégés par la constitution et par la loi", a déclaré Silvia Costa (S&D, IT) auteur de la résolution.


Cette dernière résolution non contraignante a été adoptée à main levée.


Procedure:  résolution non législative



REF. : 20130308IPR06303
 
 
Contacts
 
 
  • Fabienne GUTMANN-VORMUS
  • Unité de Presse
  • Telephone number(+32) 2 28 40650 (BXL)
  • Telephone number(+33) 3 881 72649 (STR)
  • Mobile number(+32) 498 98 33 29