Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Les députés s'alarment des produits chimiques affectant les hormones

Session plénière Communiqué de presse - Santé publique14-03-2013 - 13:04
 

L'UE doit agir en vue de réduire l'exposition aux "perturbateurs endocriniens" suspectés d'affecter les hormones. Ils ont été liés à l'augmentation récente des cas d'altération de la qualité du sperme, à l'apparition précoce de la puberté et à certains types de cancer et d'autres maladies. Les règles actuelles devraient être examinées en profondeur en vue d'une mise à jour ou d'une proposition de nouvelle législation au plus tard en juin 2015, souligne une résolution approuvée ce jeudi.




"Ce rapport vise à identifier la voie à suivre et la manière dont nous devrions traiter la question des perturbateurs endocriniens. Je veux qu'il soit clair que le temps de l'action politique est venu", a déclaré Åsa Westlund (S&D, SE) après l'adoption de sa résolution par 489 voix pour,102 voix contre et 19 abstentions.


Recherche et critères


Étant donné l'augmentation des troubles hormonaux au cours des 20 dernières années, les députés pressent d'augmenter les investissements dans la recherche et demandent à la Commission européenne de proposer des critères, fondés sur des normes internationales, pour définir et évaluer les perturbateurs endocriniens.


La sécurité avant tout


Les perturbateurs endocriniens potentiels comprennent des substances telles que les hormones stéroïdes, certains pesticides, les dioxines et les additifs plastiques. Alors que des points d'interrogation subsistent, les députés estiment que des mesures doivent être prises pour protéger la santé humaine, en particulier celle des groupes vulnérables comme les femmes enceintes et les nourrissons.


"Même si nous n'avons pas toutes les réponses, nous en connaissons suffisamment pour réglementer ces substances, conformément au principe de précaution", explique Åsa Westlund.


Les perturbateurs endocriniens devraient donc être considérés comme des "substances extrêmement préoccupantes" au sens du règlement de l'UE "REACH" qui régit les produits chimiques, estiment les députés.


Pas de seuil pour les effets indésirables?

 

Les députés soulignent que la science actuelle ne fournit pas une base suffisante pour établir une valeur limite en dessous de laquelle des effets indésirables ne surviendraient pas. Par conséquent les perturbateurs endocriniens doivent être assimilés à des substances "dépourvues de seuil", sachant que toute exposition à ces substances peut présenter un risque, sauf si le fabricant est en mesure de démontrer scientifiquement qu'un seuil puisse être identifié.

 


Procédure:  résolution non legislative

REF. : 20130308IPR06305
 
 
Contacts
 
  • Baptiste CHATAIN
  • Telephone number(+32) 2 28 40992 (BXL)
  • Telephone number(+33) 3 881 74151 (STR)
  • Mobile number(+32) 498 98 13 37
 
  • Christopher COAKLEY
  • Telephone number(+32) 2 28 44859 (BXL)
  • Telephone number(+33) 3 881 76853 (STR)
  • Mobile number(+32) 498 98 33 26
 
 
  • Fabienne GUTMANN-VORMUS
  • Unité de Presse
  • Telephone number(+32) 2 28 40650 (BXL)
  • Telephone number(+33) 3 881 72649 (STR)
  • Mobile number(+32) 498 98 33 29