Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Recommandations spécifiques par pays: les députés en faveur d'une marge de manœuvre et contre la théorie de l'austérité

ECON EMPL Communiqué de presse - Union économique et monétaire / Politique de l'emploi18-06-2013 - 12:33
 

La réforme économique supplémentaire octroyant une marge de manœuvre aux pays de l'UE afin de leur permettre de répondre aux exigences de réduction du déficit et de promouvoir la croissance a été saluée par les députés lors d'un débat conjoint des commissions des affaires économiques et de l'emploi, lundi, en présence des commissaires Olli Rehn et László Andor.


Les recommandations annuelles de réformes spécifiques par pays sont proposées par la Commission à tous les États membres et adoptées par le Conseil. Elles visent à guider les politiques de réformes structurelles nationales.


Une marge de manœuvre supplémentaire


Les députés ont salué le fait que les recommandations de cette année octroient à la France, à l'Espagne et à la Pologne deux années supplémentaires, et à la Belgique, aux Pays-Bas et au Portugal une année de plus pour répondre aux exigences de réduction du déficit.


Les recommandations de réformes spécifiques par pays émises par la Commission européenne sont plus strictes pour les petits États membres que pour les plus grands, et les pays qui reçoivent de l'aide, telle que la Grèce et le Portugal, sont contraints de prendre des décisions "non démocratiques", a déclaré Anni Podimata (S&D, EL).


Théorie de l'austérité


Sven Giegold (Verts/ALE, DE) a fait remarquer que les recommandations spécifiques par pays n'incluent pas d'aperçu, avec des chiffres certains, sur la manière dont les réformes progressent dans les États membres. En outre, les députés regrettent que l'analyse et les théories économiques sur lesquelles la Commission a basé ses mesures d'austérité soient fragmentées ou inadéquates. Corien Wortmann-Kool (PPE, NL) a proposé que les nouveaux outils du "paquet de six" et du "paquet de deux" soient utilisés pour contrôler la mise en œuvre des réformes.


Renforcer la démocratie


"Les recommandations seront mieux mises en œuvre et les réformes structurelles mieux acceptées par la société si elles sont décidées de manière plus démocratique, en impliquant le Parlement européen et les parlements nationaux", a déclaré la présidente de la commission économique, Sharon Bowles (ADLE, UK), en ouvrant le débat conjoint des commissions des affaires économiques et de l'emploi.


Son point de vue a été partagé par Pervenche Berès (S&D, FR), qui s'est également dite préoccupée par la qualité du dialogue social. "Les recommandations par pays auraient dues être présentées au Parlement dès leur publication le 29 mai", a-t-elle ajouté.


Prêts à l'économie réelle


Les réformes devraient restaurer les prêts à l'économie réelle et aider les PME à sortir du piège financier des prêts coûteux, a affirmé Pablo Zalba Bidegain (PPE, ES). La réforme fiscale devrait restreindre les mouvements de capitaux spéculatifs à court terme et encourager les investissements à long terme, a ajouté Mme Berès.


REF. : 20130617IPR12355
 
 
Contact