Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Égypte: appel à la fin des violences et au retour rapide de la démocratie

Session plénière Communiqué de presse - Relations extérieures12-09-2013 - 12:50
 
©BELGA/EYEVINE /Xinhua   ©BELGA/EYEVINE /Xinhua

Il faut immédiatement mettre un terme à tous les actes de violence et de terrorisme, ainsi qu'aux incitations à la violence et à la haine en Égypte, dans l'intérêt du pays, ont affirmé les députés dans une résolution votée ce jeudi. Ils ont appelé les autorités intérimaires à mettre fin à l'état d'urgence et à libérer tous les prisonniers politiques, y compris l'ex-président déchu, M. Morsi, afin de créer les conditions nécessaires à un processus politique inclusif.




Les députés condamnent le recours disproportionné à la force par les services de sécurité durant le démantèlement des sit-in des places Rabaa et Nahda, mais également le fait que les Frères musulmans ne soient pas parvenus à empêcher la violence de leur base politique. Les autorités intérimaires et l'armée égyptienne ont le devoir d'assurer la sécurité de tous les citoyens du pays quelle que soit leur orientation ou leur affiliation politique, soulignent les députés. Par ailleurs, ils souhaitent une enquête indépendante sur les tueries.

Le texte demande le transfert du pouvoir à des autorités civiles démocratiquement élues dès que possible. L'Égypte devrait organiser, dès que possible, des élections présidentielles libres et régulières, ouvertes à tous les acteurs démocratiques, affirment les députés. Ils soulignent que toute interdiction ou exclusion d'une force ou d'un acteur politique démocratique aboutirait seulement à nourrir l'extrémisme.

Les députés insistent sur le fait que le processus d'élaboration et de réforme de la constitution doit asseoir les fondations d'une nouvelle Égypte, véritablement démocratique, qui garantisse à tous les citoyens, des libertés et des droits fondamentaux, y compris la liberté religieuse. La protection des minorités, notamment de la communauté copte, et les libertés d'association, de réunion et des médias doivent également être garanties, ajoutent les parlementaires.


Procédure: résolution non législative

REF. : 20130906IPR18835
Mis à jour le: ( 17-09-2013 - 13:59)
 
 
Contact
 
 
  • Nora CHAAL

  • Unité Presse
  • Telephone number(+32) 2 28 32269 (BXL)
  • Telephone number(+33) 3 881 78290 (STR)
  • Mobile number(+32) 498 98 34 02