Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Budget 2014: le Conseil veut réduire les dépenses pour la croissance et l'emploi

Session plénière Communiqué de presse - Budget10-09-2013 - 16:23
 

Les coupes budgétaires proposées par le Conseil en matière de recherche et d'emploi contredisent ses promesses, ont souligné les députés lors de la présentation du budget 2014 par la présidence lituanienne ce mardi.



Le Conseil propose un budget de 142,5 milliards d'euros en crédits d'engagement, soit une baisse de 9 milliards (-6%) par rapport à l'année précédente, et 136,1 milliards en crédits de paiement, soit une baisse de 9,5 milliards (-6,6%).

La position du Conseil contredit ses engagements en matière de reprise économique

Malgré les récents engagements visant à accorder la priorité aux programmes en faveur de l'emploi, notamment des jeunes, de la croissance, de l'éducation et des PME, ce sont ces domaines précisément qui font l'objet des coupes les plus importantes, s'élevant à 426 millions (-3%).

"Le Conseil a choisi d'agir "comme si de rien n'était" en réduisant le budget déjà serré proposé par la Commission européenne. Il est inacceptable que le Conseil propose les coupes les plus importantes dans les domaines visant à relancer la croissance tels que la recherche et l'innovation", a déclaré le rapporteur pour le budget 2014 Anne Jensen (ADLE, DK).

Le Conseil a également proposé des réductions de 157 millions d'euros en matière de politique extérieure (-2,5%) et de 153 millions dans l'administration (-1,8%). Les fonds structurels et l'agriculture sont les moins affectés.

Insuffisance de fonds et écart entre crédits d'engagement et de paiement

Par ailleurs, la question des insuffisances de financements pour l'année 2013 doit encore être résolue et les députés craignent que celle-ci n'affecte les négociations budgétaires à moins qu'une solution rapide ne soit trouvée. Un peu plus tôt cette année, la Commission avait estimé que 11,2 milliards étaient nécessaires pour régler les factures impayées mais les États membres se sont pour l'instant mis d'accord sur le montant de 7,3 milliards.

Le Parlement est également préoccupé par le coût croissant des engagements restant à liquider (le "reste à liquider" RAL). Celui s'élèvera à 235 milliards d'euros d'ici la fin de l'année, s'ajoutant de façon substantielle aux futurs paiements.

Prochaines étapes

La commission budgétaire du Parlement définira sa position les 2 et 3 octobre. Celle-ci sera mise aux voix en plénière le 23 octobre. Si le Conseil n'accepte pas les amendements du Parlement européen, les deux institutions entreront en conciliation pendant une période de 21 jours.

REF. : 20130906IPR18861
Mis à jour le: ( 17-09-2013 - 14:02)
 
 
Contact
 
 
  • Nora CHAAL

  • Unité Presse
  • Telephone number(+32) 2 28 32269 (BXL)
  • Telephone number(+33) 3 881 78290 (STR)
  • Mobile number(+32) 498 98 34 02