Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Le ministre des finances espagnol dresse le portrait d'un pays en convalescence

ECON Communiqué de presse - Affaires économiques et monétaires29-01-2014 - 09:18
 
Spanish Minister of economy and competitiveness Luis de Guindos takes the floor during an ECON meeting at the EP   Le ministre espagnol de l'économie et de la compétitivité, Luis de Guindos, s'est adressé aux députés de la commission des affaires économiques

Le ministre des finances espagnol a dépeint une image positive des progrès économiques de l'Espagne aux députés. Selon lui, les réformes en cours permettent de tracer des perspectives optimistes. Les failles du marché du travail et du logement ont été rectifiées, la dette extérieure a baissé et les investissements directs étrangers ont augmenté. Il estime que grâce aux réformes du secteur bancaire, les banques espagnoles ont des grandes chances de réussir les prochains tests de la BCE.


Lors d'une réunion de la commission des affaires économiques et monétaires mardi, certains députés ont voulu savoir ce que les décideurs politiques pouvaient tirer du cas de l'Espagne et ce que M. De Guindos, le ministre des finances espagnol, envisageait pour la suite, en particulier pour aider les petites entreprises à accéder aux financements. D'autres ont remis en question cette vision positive, affirmant que les faillites étaient courantes et que la position économique de l'Espagne n'avait jamais été aussi mauvaise depuis la dictature. Les parlementaires ont demandé pourquoi les responsables de la crise n'avaient pas supporté le fardeau des mesures de reprise. Par ailleurs, ils ont cherché à savoir si les banques espagnoles allaient avoir besoin de nouvelles recapitalisations.


La première leçon à tirer est qu'une croissance excessive du crédit aurait des conséquences désastreuses, a répondu M. De Guindos. Il a en outre affirmé que ses perspectives positives étaient étayées par des données récentes. Pour aider les petites entreprises, des législations seront adoptées afin de réduire les coûts des professions libérales, des mécanismes seront mis sur pied pour améliorer l'accès au capital risque et des alternatives aux prêts bancaires seront encouragées, a-t-il expliqué.


Répondant aux questions sur l'union bancaire et le mécanisme de résolution unique pour les banques en difficulté, le ministre espagnol a décrit la position commune des États membres de l'UE comme "un point de départ très positif" pour les négociations avec le Parlement européen. Il estime que l'approche intergouvernementale pour mettre sur pied le fonds unique n'est "pas idéale" mais représente peut-être "un moindre mal".


Sous la présidence de: Pablo Zalba Bidegain (PPE, ES)


REF. : 20140127IPR33803
 
 
Contacts