Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Frontières de l’UE : les langues à El Barco de Ávila

Autres Article - Justice et affaires intérieures21-03-2014 - 13:01 (European Parliament's Elections)
 
Photo du village El Barco de Ávila   El Barco del Ávila, en Espagne

Même à 83 ans, il y a toujours des choses à apprendre. Chaque jour, Peter McMurdie aide des Espagnols à apprendre l'anglais dans la petite ville pittoresque d'El Barco de Ávila, à 200km à l'ouest de Madrid. "C'est une expérience passionnante et enrichissante", explique cet ancien ingénieur de la BBC à Londres. "Je comprends très bien l’espagnol et j'aime apprendre d'autres langues". Comme beaucoup d'autres, Peter découvre qu'apprendre une langue est la clé pour découvrir d'autres cultures.


Peter McMurdie fait partie des volontaires aidant des étudiants du programme d'immersion linguistique dans cette ville, située sur les bords de la rivière Tormes et dominée par le massif montagneux de la Sierra de Gredos. Son église romanesque et les arcades de la place principale sont idéales pour ceux qui viennent dans le but d’explorer la langue. Susan Greenwood, professeur d’administration des affaires à Manchester, explique avoir "l'impression de vivre dans un monde parallèle dans lequel une nouvelle identité mixte est créée, une authentique personnalité européenne."


L’apprentissage d’une langue n’est souvent que le début. Presque 2,4 millions de personnes venant d'autres États membres de l'Union européenne vivent en Espagne, attirés par le climat chaud et la population accueillante. Grâce à la libre circulation dans l'Union européenne, il est devenu beaucoup plus facile de vivre et de travailler dans un autre pays. Ces résidents bénéficient aussi des conventions réciproques en matière de soins de santé, selon lesquelles les services de santé nationaux prennent en charge les coûts des traitements, et non le patient. Les retraités qui décident de vivre en Espagne ont toujours droit à la pension de leur pays d’origine.


Simon Harding, un enseignant qui travaille actuellement près de Malaga, est arrivé en Espagne en 1990. À l’époque, le pays commençait à se moderniser grâce au financement de l'Union européenne. "En tant que diplômé en langues, mon objectif a toujours été de m'intégrer dans la société espagnole: c'est pourquoi je suis venu vivre en Espagne. Je suis fier de ne pas seulement connaître la langue, mais aussi l'histoire, la géographie et la culture générale du pays", a déclaré le Britannique.


Cependant, les Espagnols profitent aussi des opportunités offertes par l'Union européenne. Les étudiants espagnols sont les plus grands bénéficiaires du programme Erasmus, qui a permis à plus de trois millions d'étudiants d'étudier dans un autre pays de l'Union européenne.


"L'Espagne est une destination très attrayante, pas seulement pour les étudiants", a déclaré Amelia Cerdan, étudiante française originaire de Lille, qui suit des études de journalisme à Madrid grâce à Erasmus. "C'est certainement la meilleure expérience de ma vie, je la recommande à tout le monde. Je me sens chanceuse d'avoir cette opportunité. C'est un privilège de rencontrer des personnes de toutes les régions d'Europe", a-t-elle expliqué.


Alors que l'Espagne est la destination préférée des étudiants Erasmus, les étudiants espagnols choisissent pour la plupart d'étudier en Italie, au Royaume-Uni, en Allemagne et en France. Entre 2014 et 2020, le programme Erasmus+ sera doté d’un budget de 14,7 milliards d’euros, permettant à plus de quatre millions de jeunes de moins de 30 ans d'étudier, de se former, d'enseigner et d’effectuer des stages.

REF. : 20140320STO39432
Mis à jour le: ( 05-05-2014 - 17:17)