Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Christian Ehler: aucun partenaire des États-Unis n'est comparable à l'Europe

Autres Article - Institutions / Relations extérieures26-03-2014 - 17:22
 
MEP Ehler   Christian Ehler, député démocrate-chrétien allemand et président de la délégation pour les relations avec les États-Unis

Les relations entre les États-Unis et l'Union européenne ont connu des hauts et des bas récemment, le scandale de l’espionnage de la NSA en est la raison la plus évidente. Avec la crise actuelle aux frontières de l'Union européenne, garder des alliés pourrait se révéler vital. Christian Ehler, député démocrate-chrétien allemand et président de la délégation pour les relations avec les USA, nous garantit que les liens sont forts et incontestables alors que s'ouvre le sommet UE-USA à Bruxelles.


Monsieur Ehler, quel est l'impact de la crise en Ukraine sur le partenariat UE-USA? Comment les deux côtés de l'Atlantique peuvent-ils faire face au défi russe ?

 

Le sommet s'ouvre dans un contexte tragique et offre par la même occasion une certaine réassurance de la coopération entre les deux parties sur la protection de la loi internationale et de l'idée de démocratie. C'est à nouveau l'Union européenne et les États-Unis (les deux blocs dont le partenariat a réussi durant des décennies) qui interviennent. Ce qui est rassurant, c'est de savoir que nous agirons conjointement si ce qui ressemble maintenant à une tentative de retour à l'époque de la Guerre Froide devient sérieux.


Les États-Unis ont essayé pendant longtemps, de placer l'Asie au cœur de leur politique étrangère. Qu'est-ce que ça signifie pour l'Union européenne?


Ce n'est pas seulement les États-Unis, l'Union européenne s'oriente aussi vers l'Asie, alors qu'elle gagne en importance économique et politique. Mais si quelque chose tourne mal, les États-Unis n'ont pas de partenaire là-bas qui soit comparable à l'Europe. Nous devons nous rappeler qu'il ne s'agit pas d'une rivalité de cour de récréation. Ce qui nous ramène à l'essentiel de la question: qui est le véritable allié.


Qu'attendez-vous du sommet cette semaine ? Est-ce que l’accord de libre échange est toujours d'actualité?


Les négociations se poursuivent. Nous espérions plus de propositions concrètes lors des dernières séries de négociations en matière de tarifs douaniers, qui pourraient même être réduits à zéro.


Mais c'est une partie des négociations. Nous devons garder à l'esprit notre objectif : obtenir un accord de libre-échange bien préparé. J'attends avec impatience les prochaines négociations.

REF. : 20140325STO39771