Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Frontières de l’UE : La Lituanie se branche au réseau européen

Autres Article - Culture02-05-2014 - 09:00 (European Parliament's Elections)
 
Photo de la statue de l'énergie, dans le centre de Vilnius en Lituanie   La statue de l'énergie, dans le centre de Vilnius

Une statue de la déesse de l'énergie a été érigée pour le lancement de la première centrale électrique de Vilnius. Cette statue, maintenant située dans le centre de la ville, était si populaire qu’elle apparait dans des chansons folkloriques. Lorsque la centrale a été mise hors service, il y a eu une campagne pour qu’elle soit reconnue en tant que patrimoine national et aujourd’hui, elle abrite le Musée de l’énergie et de la technologie.


En tant qu’une des économies les plus dynamiques de l’Union européenne, la Lituanie a besoin d’un approvisionnement énergétique fiable. Mais comme les deux autres États baltes, elle souffre de la faiblesse de ses liens avec le reste de l’Europe. En tant que soi-disant île énergétique, il y a peu de fournisseurs à qui acheter de l’électricité. Pour les importations de gaz, elle dépend fortement de la Russie, ce qui a conduit à une hausse des prix. En 2012, la Lituanie a payé 15% de plus que la moyenne européenne pour le gaz naturel.


La Lituanie vise à atteindre l’indépendance énergétique d’ici 2020 grâce à la mise en œuvre d’une série de projets. Les éléments les plus importants de la stratégie de la Lituanie comprennent une éventuelle nouvelle centrale nucléaire, un terminal méthanier, l’affranchissement de l’ancienne grille soviétique et l’établissement d’interconnexions électriques avec l’Union européenne.


Un terminal méthanier ouvrira à Klaipėda à la fin de l’année, tandis que les interconnexions électriques avec la Pologne et la Suède sont en construction. L’Union européenne joue un rôle actif dans l’avancement de ces projets. Elle soutient par exemple le plan d'interconnexion des marchés énergétiques de la région de la Baltique (PIMERB) pour améliorer les interconnexions énergétiques et le marché de l’énergie dans la région de la mer Baltique.


« L’Union européenne est sans aucun doute un dénominateur commun pour tous les États baltes et elle fait un excellent travail en amenant les gouvernements à penser à l’intérêt régional, pas seulement national », a déclaré Reinis Aboltins, expert en énergie du groupe de réflexion Providus en Lettonie. Lorsque les lignes électriques avec la Suède et la Pologne seront terminées, la Lituanie pourra profiter de prix électriques plus faibles. Reinis Aboltins a ajouté : « les lignes électriques vous rendent connectés et vous permettent de rester connectés. C’est comme rejoindre une Union européenne de l’électricité, du moins physiquement ».


L’Union européenne a fait pression pendant des années pour une infrastructure de l’énergie intégrée et intelligente en Europe. Cela permettrait de promouvoir la concurrence, de faire baisser les prix et de réduire la dépendance des pays à une poignée de fournisseurs. Cela a été démontré lorsque la Russie a coupé l’approvisionnement en gaz de l’Ukraine en 2009 en raison de factures impayées, privant de gaz de nombreux pays du sud-est de l’Europe.


La Russie a également montré cette année qu’elle est prête à utiliser le gaz dans son conflit avec l’Ukraine. La retraitée Darata Liukeviciene, âgée de 75 ans, pense que les récents événements en Ukraine devraient être un signal pour l’ensemble de l’Union européenne. « Je crois qu’ils comprennent nos problèmes et notre dépendance énergétique », dit-elle, avant d’ajouter « j’espère qu’après ce qui s’est passé en Ukraine, l’Union européenne va commencer à faire quelque chose. Avec des liens, nous serions plus en sécurité ».

REF. : 20140430STO45880
Mis à jour le: ( 30-04-2014 - 16:15)