Accès direct à la navigation principale (appuyer sur "Entrée")
Accès aux contenus de la page (appuyer sur "Entrée")
Accès direct aux autres sites (appuyer sur "Entrée")

Les nouveaux députés sont sur la ligne de départ

Autres Article - Institutions19-06-2014 - 11:23 (European Parliament's Elections)
 
Photos des nouveaux députés lors de leurs premiers jours à Bruxelles   Les députés européens préparent la session constitutive. De gauche à droite: Teresa Rodríguez-Rubio, membre de la Gauche unitaire européenne, Terry Reintke, membre du groupe des Verts et Kristina Winberg (Europe de la liberté et de la démocratie).

Les députés nouvellement élus commencent à se familiariser avec les vastes locaux du Parlement européen à Bruxelles, quatre semaines après les élections européennes, et sont sur la ligne de départ pour la session constitutive du 1er au 3 juillet à Strasbourg. Dans cette troisième partie de notre série sur les nouveaux députés, ce sont Teresa Rodríguez-Rubio (GUE, ES), Terry Reintke (Verts, DE) et Kristina Winberg (EFD, SV) qui nous partagent leurs premières impressions.


Teresa Rodríguez-Rubio a 32 ans et est née à Rota, en Andalousie. Elle a un diplôme en études arabes de l’Université de Cadix et a enseigné l’espagnol et la littérature dans l’enseignement secondaire. Elle a été impliquée dans des mouvements féministes et des mouvements sociaux et étudiants contre les coupes budgétaires dans l’éducation.


Née en 1987, Terry Reintke a étudié les sciences politiques à Berlin et à Edimbourg. Active en politique depuis l’âge de 16 ans, elle s’est particulièrement concentrée sur les questions énergétiques, sur l’égalité des genres, sur les politiques concernant les homosexuels et sur l’émancipation de la jeunesse. En tant qu’ancienne porte-parole de la Fédération des Jeunes Écologistes Européens, elle n’est pas étrangère au Parlement européen.


Kristina Winberg est née en 1965 en Suède et est originaire de Jönköping. Elle a travaillé dans la publicité pour un journal local et a également été agent de voyage durant plusieurs années. L’année dernière, elle a travaillé comme aide aux personnes âgées et a été élue au conseil municipal de Jönköping en 2010.


Quelles sont vos premières impressions de Bruxelles et du Parlement européen ?


Teresa Rodríguez-Rubio – Je n’ai pas encore eu l’occasion de découvrir Bruxelles. Mais les gens semblent très sympathiques, souriants et calmes. Ma première impression du Parlement européen est un peu différente : je pense qu’il est grand, gris, bureaucratique, inaccessible et difficile à appréhender par les nouveaux arrivants et les citoyens. C’est ma première préoccupation.


Terry Reintke – La diversité, tant de personnes qui parlent des langues différentes, venant de toute l’Europe. J’ai toujours l’impression que ce qui se passe ici est si variable, et qu’on peut vraiment influencer la façon dont le Parlement européen travaille ainsi que la façon dont l’Union européenne est formée. Je trouve cela vraiment passionnant.


Kristina Winberg – C’est une grande ville dont je n’ai pas encore pu voir grand-chose car j’étais tout le temps au Parlement européen. Le Parlement est énorme, je devrais m’acheter un GPS pour y trouver mon chemin !


Quels sont vos passe-temps favoris lorsque vous ne travaillez pas ?

 

Teresa Rodríguez-Rubio – Quand je peux, c’est-à-dire pratiquement jamais, je joue au basketball. J’aime lire et écrire de la poésie, ainsi qu’écrire des chansons de Carnaval.


Terry Reintke Je suis passionnée par la course à pied. En avril, j’ai participé à un semi-marathon à Bonn. J’aime également beaucoup les jeux de société et tout simplement me détendre.


Kristina Winberg – Je n’ai pas beaucoup de temps libre mais lorsque j’en ai, j’adore ramasser des champignons dans la forêt. Nous avons beaucoup de girolles en Suède. J’aime également l’équitation et être dans l’étable. Biensûr, j’adore aussi être avec ma famille. J’ai trois enfants, qui sont déjà adultes.


Qui sont vos héros ?

 

Teresa Rodríguez-Rubio – Louise Michel, chef de file de la Commune de Paris, pour son courage. Rosa Luxembourg pour son combat contre la Première Guerre mondiale, pour avoir défendu les droits sociaux et la justice sociale, et avoir été cohérente jusqu’à son assassinat. Et plus près de l’Andalousie, Frederico García Lorca, qui a été tué par l’armée de Franco. Il représentait le peuple d’Andalousie et la liberté.


Terry Reintke – J’ai été très influencée par les activistes féministes, par la suffragette britannique Emmeline Pankhurst ou Audre Lorde qui était une féministe noire.


Kristina Winberg – J’ai beaucoup suivi Nigel Farage. C’est un très bon orateur et un grand critique de l’Union européenne. Margaret Thatcher aussi, c’était une femme très forte.


Quelles questions aimeriez-vous aborder dans votre travail de député européen ?


Teresa Rodríguez-Rubio – La lutte contre les aspects anti-sociaux de l’accord de libre-échange avec les États-Unis (TTIP), qui affectera grandement la vie quotidienne des Européens. Lutter contre l’austérité et les coupes dans les domaines sociaux, les droits du travail et de l’environnement de la population, en particulier les femmes. Je suis aussi contre « l’Europe forteresse » et les coupes dans les droits de l’homme à l’immigration, affectant les frontières. Je tiens aussi à rétablir les droits des citoyens et des peuples à un moment où il semble que ceux qui gouvernent l’Europe sont les puissances financières et les multinationales.


Terry Reintke – Je veux vraiment travailler sur les politiques de la jeunesse, en particulier en ce qui concerne le chômage des jeunes. La garantie pour la jeunesse est un premier pas, mais je pense que maintenant il est très important de l’appliquer. Un autre aspect est la participation des jeunes à la politique. Quand on voit le taux de participation des jeunes aux élections européennes, il est clair qu’il y a un problème. Je voudrais vraiment travailler à changer cela.


Kristina Winberg – Biensûr, retrouver le droit de décider de nos propres lois en Suède. Nous pouvons voir aujourd’hui l’Union européenne (UE) prendre de plus en plus de pouvoir. Environ 50% de nos lois en Suède viennent de l’UE et je veux arrêter ça. Nous avons un gros problème avec l’immigration. Si j’en ai la possibilité, j’aimerais suivre le travail de la commission des libertés civiles. Nous avons également un coût élevé provenant de l’adhésion à l’UE, et nous ne voulons plus payer autant. Je veux me débarrasser d’au moins deux tiers du budget de l’UE.

REF. : 20140617STO49807
Mis à jour le: ( 26-06-2014 - 10:43)