Partager cette page: 

Des mécanismes de marché pour limiter la volatilité des prix et la spéculation dans le secteur de l'élevage européen devraient être mis en place de toute urgence selon les députés, les agriculteurs connaissant une forte crise aussi en raison de la hausse des coûts des matières premières, notamment des céréales, qui pourrait conduire à une réduction significative de la production de viande dans l'UE.

Une combinaison de facteurs, et notamment des coûts de production plus élevés (carburant, engrais et aliments pour animaux), une plus grande concurrence des pays tiers, des prix bas payés aux agriculteurs et le coût élevé du respect de l'environnement de l'UE, la santé animale, la sécurité des aliments et les conditions de travail, mettent en péril le secteur du bétail de l'UE. Le Parlement a approuvé jeudi une résolution comportant une série de recommandations pour aider à améliorer la situation.


Il faut lutter contre la spéculation, estiment les députés


Les députés ont appelé la Commission à instaurer sans tarder des mécanismes de marché "souples et efficaces" afin d'atténuer l'impact de la hausse des prix, et en particulier l'instauration d'un "filet de sécurité" appliqué à tous les secteurs des céréales, et à utiliser des outils existants pour atténuer la crise dans le secteur viande de porc et les autres activités d'élevage


La question de la spéculation sur les marchés européen et mondial est également abordée dans la résolution qui invite la Commission à aborder la question dans le cadre de la nouvelle directive sur les instruments financiers.


Importations et OGM


 Les agriculteurs de l'UE dans le secteur de l'élevage doivent se conformer aux normes de qualité et de l'environnement et les députés invitent donc la Commission à veiller à ce que la viande importée de pays non membres de l'UE respectent ces critères, en particulier la législation communautaire sur la protection des animaux, afin d'empêcher la concurrence déloyale. Plus précisément, la résolution souligne la nécessité de sauvegarder les intérêts de l'UE lors de la négociation d'accords commerciaux internationaux comme celui en cours avec le Mercosur.


Sur les OGM, les députés appellent la Commission à fournir une sécurité juridique pour les importations de soja et de maïs en provenance des pays tiers en introduisant un "seuil pragmatique" de présence de ces OGM non encore autorisés dans l'UE.


Nouvelle PAC: Les ressources nécessaires


Dans le cadre de la révision actuelle de la politique agricole commune (PAC), les députés veulent garantir un financement adéquat pour le secteur de l'élevage et un juste retour pour tous les agriculteurs, également par le biais d'un renforcement des organisations de producteurs pour leur permettre de négocier de meilleurs prix pour leurs produits.


La Commission européenne a récemment décidé de dégager 2,8 millions de tonnes de céréales, préalablement stockées, à la fin de novembre pour calmer les prix des denrées alimentaires.


Procédure : question orale avec résolution