Partager cette page: 

Dans son premier rapport annuel sur l'Islande depuis le début des négociations d'adhésion l'année dernière, le Parlement salue la perspective d'accueillir l'une des plus anciennes démocraties européennes, dotée d'une économie de marché efficace. Toutefois, certains sujets sensibles subsistent, tels que le conflit Icesave, la chasse à la baleine (interdite au sein de l'UE) et le souhait de l'Islande de protéger ses marchés de la pêche et de l'agriculture.

En juillet 2010, l'Islande a commencé les négociations d'adhésion à l'Union européenne sur une note positive, étant donné que le pays était déjà membre de l'Espace économique européen (EEE), qui couvre 10 des 33 chapitres que les pays candidats doivent remplir pour rejoindre l'UE, tout en couvrant partiellement 18 chapitres supplémentaires. Cependant, selon la résolution de Cristian Dan Preda (PPE, RO), des progrès restent nécessaires dans certains domaines, principalement la pêche, l'agriculture et le développement rural.


Pêche: maquereau et chasse à la baleine


Les députés invitent l'Islande et l'Union européenne à trouver une solution pour les quotas de maquereaux, un sujet devenu particulièrement sensible depuis que les deux parties ne sont pas parvenues à un accord le 11 mars dernier, lors de la septième séance de négociations de l'UE avec l'Islande et la Norvège sur la gestion des ressources de maquereaux.


Le Parlement souligne également la nécessité pour l'Islande d'aligner sa législation en matière de pêche sur les règles européennes du marché intérieur en ce qui concerne le droit à l'établissement, la liberté de proposer des services ainsi que la libre circulation des capitaux dans le secteur de la production et de la transformation des produits de la pêche. L'Islande, dont l'économie dépend fortement de la pêche, a déjà mentionné dans sa position générale sur l'adhésion qu'elle souhaite maintenir un certain contrôle sur la gestion de la pêche dans sa zone économique exclusive.


"De profondes divergences" subsistent sur la chasse à la baleine, ajoutent les députés, en soulignant que l'interdiction de la chasse à la baleine fait partie de l'acquis communautaire (le corpus de textes législatifs et réglementaires que chaque nouvel État membre doit reprendre). Ils demandent l'instauration de discussions plus larges sur la suppression de la chasse à la baleine et du commerce des produits issus de cétacés.


Icesave


Les députés saluent également le nouvel accord conclu entre l'Islande, le Royaume-Uni et les Pays-Bas sur l'affaire Icesave. Ils se félicitent du fait qu'une majorité des trois-quarts du Parlement islandais ait approuvé l'accord (le 17 février 2011) et espèrent que le nouveau référendum public sur l'accord, prévu le 9 avril, débouchera sur un résultat positif.


Les sondages suggèrent que cette fois, les Islandais pourraient soutenir l'accord, même si 93 % ont voté contre la proposition lors d'un référendum similaire l'an dernier.


Opinion publique en Islande


Le rapporteur Cristian Dan Preda (PPE, RO) a constaté avec satisfaction que les récents sondages montraient un soutien accru de la population islandaise en faveur de la poursuite des négociations et qu'une majorité d'Islandais faisait confiance au Parlement européen. Néanmoins, le Parlement est d'avis que des efforts substantiels sont nécessaires pour informer les citoyens islandais des implications de l'adhésion à l'Union. Il demande instamment au gouvernement d'élargir le débat public, qui doit se baser sur une information claire et factuelle des conséquences de l'adhésion à l'Union, de sorte que les citoyens "puissent voter en connaissance de cause lors du prochain référendum sur l'adhésion".



Procédure: résolution non législative