Partager cette page: 

La commission des affaires économiques et monétaires a voté, lundi, pour exprimer son insatisfaction envers les États membres qui, à plusieurs reprises, ont refusé de reconnaître qu'un meilleur équilibre hommes-femmes était nécessaire au sein de la Banque centrale européenne (BCE). Elle a adopté un avis négatif sur la nomination d'Yves Mersch, candidat au directoire de la BCE.

La résolution explique que le Parlement européen a soulevé, de manière régulière et insistante, la question de l'égalité des genres au sein de la BCE, et souligne que le Conseil européen lui-même a adopté un pacte pour l'égalité des genres en 2011. En outre, elle fait remarquer que le Conseil a choisi de ne pas donner de réponse formelle aux demandes de la commission parlementaire en mai, concernant un meilleur équilibre hommes-femmes au directoire de la BCE et la nécessité d'avoir une stratégie en vue de recruter davantage de femmes à des postes à responsabilité au sein de la BCE, des banques centrales nationales et en tant que ministres des finances.


La résolution souligne que l'intention de la commission parlementaire n'est pas de remettre en question les qualifications de M. Mersch.


Après le vote, Sharon Bowles (ADLE, UK), présidente de la commission des affaires économiques, a déclaré: "Je suis convaincue que la commission a pris la bonne décision.  Nous nous opposons à ce que l'institution européenne la plus puissante soit dirigée uniquement par des hommes pendant les six prochaines années. Nous voulons non seulement souligner qu'il est nécessaire d'avoir un équilibre hommes-femmes, mais également qu'il s'agit en soi d'une question louable. Alors que nous faisons le maximum pour changer la culture des services financiers et éviter que la crise financière se répète, il est déconcertant que les États membres ne plaident pas en faveur d'un nombre plus élevé de femmes à des postes financiers clés. Mardi, lorsque M. Van Rompuy s'adressera à la plénière, il aura une dernière opportunité de nous montrer que les États membres sont prêts à s'engager sérieusement en vue d'encourager les femmes à des postes clés".


Le vote en plénière aura lieu jeudi.


Contexte


Pendant plus de deux ans, la question du risque de déséquilibre des genres au sein de la BCE a été soulevée en plénière et en commission parlementaire, notamment à l'occasion d'auditions de candidats à des postes de la BCE, tels que Peter Praet, Mario Draghi, Jorg Asmussen et Benoit Coeuré.


Le 8 mai, la commission des affaires économiques a adressé une lettre au Président de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, lui demandant que des femmes soient prises en considération pour le poste de membre du directoire de la BCE avant qu'un candidat soit recommandé, et également que les États membres présentent un plan à moyen terme en vue de recruter davantage de femmes à des postes clés à la BCE, dans les banques centrales nationales et en tant que ministres des finances. Au même moment, certains membres de la commission parlementaire ont établi une liste informelle de candidates éventuelles au poste de la BCE. Le Parlement n'est officiellement pas tenu d'établir une telle liste.


Le mandat de M. Gonzalez Paramo en tant que membre du directoire de la BCE a expiré le 31 mai.


Le 10 juillet, le Conseil a recommandé Yves Mersch en tant que candidat au poste vacant de membre du directoire de la Banque centrale européenne.


N'ayant reçu aucun plan à moyen terme et aucune garantie que des candidates seraient envisagées pour le poste vacant, les coordinateurs de la commission des affaires économiques ont décidé, le 5 septembre, de reporter l'audition d'Yves Mersch prévue le 10 septembre.


Le 19 septembre et le 3 octobre respectivement, le Président du PE, Martin Schulz, a également soulevé la question dans des lettres adressées aux Présidents du Conseil européen et de la Commission, MM. Herman Van Rompuy et José-Manuel Barroso.


Sous la présidence de: Sharon Bowles (ADLE, UK)