Partager cette page: 

L'UE doit garantir que la politique de développement dépasse ses faiblesses structurelles, devienne une priorité claire, et ne soit pas sapée par des incohérences entre politiques commerciales, agricoles, de la pêche ou d'autres politiques, ont déclaré les députés dans deux résolutions adoptées cette semaine. Jeudi, le Parlement a également donné son feu vert pour que l'UE approuve la convention internationale relative à l'assistance alimentaire.

Les députés ont largement soutenu la communication de la Commission européenne intitulée le "programme pour le changement" qui porte sur l'avenir de la politique de développement de l'UE. Ils ont approuvé les projets visant à concentrer l'aide européenne sur les pays les plus dans le besoin, mais ont demandé à la Commission de négocier une feuille de route en vue de réduire graduellement l'aide apportée aux pays à revenu intermédiaire.


En outre, ils ont demandé que l'aide européenne cible un nombre limité de priorités, qui devront être identifiées avec les pays bénéficiaires. Le Parlement a également déclaré qu'une cellule de réflexion indépendante devrait être mise sur pied en vue d'analyser les moyens d'exploiter le potentiel politique de l'UE, en tant que premier donateur mondial d’aide au développement, afin d'obtenir de meilleurs résultats.


"Nous avons besoin d'une cellule de réflexion indépendante, rattachée administrativement à la Commission européenne, qui nous donnerait la meilleure analyse possible des facteurs qui affecteront les relations entre les nations", a déclaré Charles Goerens (ADLE, LU) après l'adoption de sa résolution, mardi, par 540 voix pour, 36 voix contre et 65 abstentions.


La logique des mesures de développement: plus qu'une question technique


L'UE doit faire un meilleur usage de ses pouvoirs en vue de mieux coordonner et synchroniser les politiques et programmes de développement de ses institutions et de ses États membres, ont souligné les députés dans une résolution distincte sur la "cohérence des politiques du développement" adoptée ce jeudi par 561 voix pour, 47 voix contre, et 51 abstentions.


En outre, garantir que l'élaboration des politiques dans différents domaines n'entrave pas les objectifs au développement entre principalement dans le cadre de la responsabilité politique de l'UE et ne représente donc pas une question technique, ont souligné les députés.


"Aligner, de manière transparente, l'ensemble des politiques européennes qui ont un impact externe, sur les objectifs établis par la politique de développement européenne, est dans notre propre intérêt", a déclaré Birgit Schnieber-Jastram (PPE, DE), rapporteur en charge de la résolution.


Le Parlement donne son approbation à la réorganisation de la lutte contre la faim dans le monde


Ce jeudi, le Parlement européen a également décidé, à main levée, d'approuver la convention relative à l'assistance alimentaire. Avec cet accord, "le monde a commencé à regarder de plus près comment donner une réponse plus efficace aux besoins nutritionnels des populations vulnérables, en allant plus loin que la simple fourniture d'aide alimentaire", a déclaré le rapporteur Nirj Deva (ECR, UK).


La convention, qui inclut de nouveaux types d'assistance, a pour objectif de devenir un outil humanitaire qui encourage la production locale et fournisse des solutions à long terme par rapport à l'insécurité alimentaire.


Procédures : résolutions non législatives, accord (convention sur l'assistance alimentaire)