Partager cette page: 

Un engagement réciproque renouvelé est nécessaire afin de maintenir des relations constructives entre l'UE et la Turquie dans le cadre du processus de négociation, ont déclaré les députés ce jeudi. Dans une résolution sur le rapport de suivi 2012 de la Turquie, ils demandent l'ouverture des négociations sur le système judiciaire, les droits fondamentaux et les affaires intérieures. Ils saluent également les récents pourparlers qui pourraient contribuer à résoudre la question kurde.

"L'engagement doit venir tant de l'Union européenne que de la Turquie", a déclaré Ria Oomen-Ruijten (PPE, NL), rapporteur sur ce dossier. "La Turquie doit multiplier les efforts visant à garantir la liberté d'expression, la liberté des médias et toutes les autres libertés fondmentales conformément aux valeurs de l'UE. L'Union doit tout mettre en œuvre pour soutenir la Turquie dans le processus de réformes - renouveler les efforts pour l'ouverture de nouveaux chapitres de négociation est important", a-t-elle ajouté.


Réforme de la justice


La réforme du système judiciaire turc est essentielle pour la consolidation de la démocratie et la modernisation du pays, soulignent les députés. Ils saluent l'adoption des troisième et quatrième paquets de la réforme de la justice, mais insistent pour restreindre la définition très large des infractions pénales, notamment la définition d'acte terroriste, pour réduire les périodes anormalement longues de détention préventive avant un procès et pour limiter le rôle des tribunaux d'exception.


Afin d'accélérer le processus de réforme, les députés appellent le Conseil à ouvrir les négociations sur le système judiciaire et les droits fondamentaux (chapitre 23) et la justice, les libertés et la sécurité (chapitre 24).


Droits des femmes


Le Parlement salue les efforts de la Turquie en vue de lutter contre les "crimes d'honneur", la violence domestique et le phénomène des mariages forcés et des très jeunes filles mariées. Toutefois, il s'inquiète du fait que la violence à l'encontre des femmes soit encore fréquente. Par ailleurs, les députés demandent de promouvoir activement les droits, l'éducation et la participation des femmes sur le marché du travail et en politique.


Question kurde


Les députés se félicitent du dialogue politique direct entre le gouvernement turc et l'ancien dirigeant du PKK, Abdullah Öcalan. Ce dialogue pourrait ouvrir la voie à un accord historique réglant de manière pacifique et démocratique le conflit kurde, soulignent-ils.


La présidence chypriote, une occasion manquée


Les députés regrettent que la Turquie ait "laissé échapper une chance importante d'amorcer un processus traduisant l'engagement et la normalisation des relations avec Chypre" pendant la présidence chypriote du Conseil.


Syrie et affaires étrangères


Les députés félicitent le pays pour l'aide humanitaire fournie au nombre croissant de réfugiés syriens mais soulignent que l'UE et la Turquie devraient parvenir à une vision stratégique commune afin de mettre un terme à la crise tragique en Syrie. Ils affirment également que Turquie devrait développer sa politique étrangère dans le cadre d'un dialogue et d'une coordination avec l'UE davantage renforcés par rapport à 2012.


Le texte a été adopté par 451 voix pour, 105 voix contre et 45 abstentions.




Procédure:  résolution non législative