Partager cette page: 

De nouvelles règles pour développer le système européen de navigation par satellite sous contrôle civil, indépendamment des autres systèmes de navigation tout en étant compatible, ont été adoptées ce mercredi par les députés. Les deux services - Galiléo et le service européen de navigation par recouvrement géostationnaire (EGNOS)- offriront aux citoyens une alternative européenne aux systèmes américain GPS et russe Glonass pour de nombreuses applications dans leur vie quotidienne.


"Aujourd'hui, le système mondial de navigation par satellite représente 7% du PIB de l'UE mais son potentiel est bien plus important. Galiléo et le service européen de navigation par recouvrement géostationnaire (EGNOS) donneront à l'Europe les moyens d'exploiter ce potentiel toute en mettant fin à la dépendance de l'UE aux systèmes de navigation par satellite sous contrôle militaire", a déclaré le rapporteur Marian Jean Marinescu (PPE, RO).


Le Parlement a permis l'utilisation de ce système dans la vie quotidienne. Ainsi, Galiéo et EGNOS devraient créer des applications pour améliorer la sécurité, l'efficacité et la fiabilité dans les secteurs aéronautique, maritime et agricole et devraient représenter un potentiel pour l'industrie et la création d'emplois en Europe.


Le système européen pourrait être utilisé dans les domaines suivants: la sécurité routière, la perception des redevances, la gestion du trafic et du stationnement, la gestion des flottes, les systèmes d'appel d'urgence, le repérage et le suivi des marchandises, les réservations en ligne, la sécurité du transport maritime, les tachygraphes numériques, le transport des animaux, la gestion durable des sols, et la protection de l'environnement.


Budget


Les députés ont insisté pour investir une part des 6,3 milliards d'euros du programme pour la période 2014-2020 (en prix 2011) dans le développement d'applications. Ils ont également réparti le budget en plusieurs catégories de projets afin de pouvoir plus facilement limiter les coûts et gérer les financements.


Prochaines étapes


Le Conseil devrait approuver très prochainement le projet de règlement, un accord informel entre les députés et les États membres ayant été conclu en avril 2013.


La résolution a été adoptée par 603 voix pour, 29 contre et 59 abstentions.


Procédure: législative ordinaire