Partager cette page: 

Les députés demandent à l'UE d'agir pour la collecte, le recyclage et le compostage des déchets plastiques pour empêcher la pollution croissante des sites naturels ©BELGA/EASYFOTOSTOCK/T.OLSON 

Le Parlement européen appelle à une stratégie européenne pour réduire les déchets plastiques dans l’environnement, dans une résolution adoptée ce mardi. Les députés plaident notamment pour l’interdiction dès 2020 des matières plastiques les plus dangereuses et de certains sacs et demandent l’introduction d'objectifs obligatoires de recyclage.

La résolution appelle à l’action suite au livre vert publié par la Commission sur le sujet. Les députés soulignent les dommages pour l'environnement provoqués par les déchets plastiques, à cause d‘une faible mise en œuvre de la législation relative aux déchets dans l'Union, mais aussi du fait que les déchets plastiques ne font pas l’objet d’une législation plus spécifique malgré leurs particularités.


"Le Parlement a montré la voie pour s'attaquer à l'énorme problème de l'impact néfaste des déchets plastiques sur l'environnement et la santé humaine. Aujourd'hui, nous nous sommes prononcés pour changer de mauvaises habitudes et prendre en charge nos produits, de leur production à leur élimination finale. En utilisant mieux ces produits et en les recyclant autant que possible, nous pouvons combler cette faille et mettre en œuvre le concept de l'économie "circulaire". Cela nous aidera à nettoyer nos mers et nos terres tout en créant davantage d'emplois", a déclaré le rapporteur Vittorio Prodi (S&D, IT), dont le texte a été approuvé à main levée.


Les députés proposent d'intégrer dans la législation communautaire des objectifs spécifiques en matière de collecte et de tri de déchets qui pourraient atteindre 80%. Ces critères obligatoires en termes de recyclage, ainsi que des critères harmonisés applicables à la collecte et au tri devront instaurer des conditions de concurrence équitables. Il importe en outre de réexaminer la directive existante relative aux emballages, ajoutent-ils.


Priorité au recyclage et compostage


La Commission est invitée à proposer, dès 2014, des propositions visant à éliminer progressivement la mise en décharge des déchets recyclables et valorisables à l'horizon 2020, ainsi que des mesures pour décourager l'incinération de produits recyclables, compostables et biodégradables. Le recours à la valorisation énergétique des déchets plastiques ne devrait avoir lieu que dans le cas où toutes les autres possibilités ont été épuisées.


Les députés estiment que les matières plastiques les plus dangereuses devraient être retirées du marché. L'usage de sacs en plastique à usage unique devrait être éliminé dans la mesure du possible. Les parlementaires souhaitent par ailleurs s'attaquer aux exportations et aux déversements illégaux de déchets plastiques.


Un gros potentiel économique inexploité


Les députés soulignent le potentiel économique du recyclage du plastique, qui serait bien supérieur aux performances actuelles. Seulement 25% des déchets plastiques dans leur ensemble sont recyclés actuellement. La pleine mise en œuvre de la législation de l'Union relative aux déchets permettrait d'économiser 72 milliards d'euros par an, d'augmenter de 42 milliards d'euros le chiffre d'affaires annuel du secteur de la gestion et du recyclage des déchets de l'Union et de créer plus de 400 000 emplois d'ici à 2020, estiment les députés.


 

Procédure: résolution non législative