Partager cette page: 

Le Parlement a adopté ce mercredi une résolution demandant aux États membres de prendre des mesures pour préserver le patrimoine gastronomique européen, notamment par la promotion des traditions locales et régionales. Des cours sur la gastronomie et une alimentation saine devraient être intégrés dans les programmes scolaires de tous les pays UE, soulignent les députés.

Le Parlement met l’accent sur l'éducation à l'école pour promouvoir les connaissances et les habitudes d'alimentation saine et sensibiliser des jeunes à une consommation d'alcool responsable pour prévenir les abus et améliorer leur état de santé.


Des cours spécifiques et des ateliers dans les programmes scolaires nationaux, ainsi que des formations pour les professeurs et des échanges et de partenariats avec des institutions gastronomiques reconnues devraient se retrouver dans les programmes scolaires nationaux. Les fonds de la politique agricole commune pourraient servir à encourager les bonnes habitudes alimentaires à l'école.


Interdire la publicité pour des aliments à l'école


Les eurodéputés insistent sur la nécessité d’interdire les publicités ou le sponsoring pour des produits alimentaires dans les écoles et d'encadrer plus strictement le contenu des publicités sur les produits alimentaires.


Préserver et promouvoir la gastronomie régionale et locale

 

La variété et la qualité du patrimoine gastronomique européen et des différentes traditions culinaires locales et régionales font partie du patrimoine commun et doivent être promues en tant que telles. Les produits et la production locale et régionale doivent être encouragés, y compris par des programmes européens de reconnaissance et de labellisation, tels les appellations d'origine, les indications géographiques, spécialités traditionnelles ou autres.


Les députés demandent aux Etats membres de mettre en œuvre des politiques spécifiques pour promouvoir l’industrie gastronomique en étroit lien avec l’offre touristique en vue du développement culturel et économique de leurs régions.


Les formations de haut niveau, les échanges et la mobilité des professionnels du domaine de la restauration et de la gastronomie doivent être davantage soutenues par des mesures nationales, soulignent les députés. Le programme Erasmus+, à travers sa composante Comenius, pourrait contribuer à financer ce type d'actions à un niveau transfrontalier.


La résolution a été adoptée avec 530 voix pour, 74 contre et 14 abstentions.