Partager cette page: 

Les sanctions de l'UE à l'égard de la Russie devraient être maintenues jusqu'à ce que le pays modifie sa politique agressive en Ukraine, respecte le cessez-le-feu, retire ses troupes et arrête de soutenir les séparatistes, affirme le Parlement dans une résolution adoptée ce jeudi. Il condamne les actes de terrorisme en Ukraine et demande à l'UE de présenter un plan pour contrer la "guerre d'information" russe et aider l'Ukraine à entreprendre des réformes et faire face à l'urgence humanitaire.



Les députés condamnent vivement la "politique agressive et expansionniste de la Russie" ainsi que les "actes de terroristes et les agissements criminels commis par les séparatistes et les diverses forces armées non régulières dans l'est de l'Ukraine".


Ils invitent instamment le Conseil européen, lors de sa réunion de mars 2015, à maintenir les sanctions actuelles de l'UE contre la Russie, et à approuver des "critères de référence" pour pouvoir les lever. Ces critères devraient inclure le respect du cessez-le-feu, le retrait inconditionnel des troupes russes et des groupes illégalement armés, l'échange de tous les prisonniers et le rétablissement du contrôle par l'Ukraine sur l'ensemble de son territoire, y compris en Crimée. Dans le cas où la Russie mènerait d'autres actions visant à déstabiliser le pays, le Conseil devrait élargir la portée des sanctions pour couvrir le secteur nucléaire et les opérations financières internationales.


Cependant, les voies politiques et diplomatiques doivent rester ouvertes à l'égard de la Russie, ajoute le texte.


Contrer la "guerre d'information"


Les députés appellent l'UE à prêter une attention particulière à la "guerre d'information" menée par la Russie et demandent à la Commission de proposer, dans un délai de deux mois, une stratégie de communication pour contrer la campagne de propagande russe dirigée vers l'Union européenne, ses voisins de l'Est et la Russie elle-même.


Contribuer davantage aux réformes et à l'aide humanitaire


Le Parlement invite l'UE à apporter une "aide technique plus substantielle", notamment en détachant des conseillers et experts, pour aider l'Ukraine à mettre en œuvre les réformes. Les députés font remarquer que depuis que le Conseil a levé l'embargo sur les armes envers l'Ukraine le 16 juillet, il n'existe aucune objection en ce qui concerne la fourniture d'armes de défense à l'Ukraine par les États membres. Ils proposent que l'UE envisage d'aider l'Ukraine à renforcer ses capacités de défense.


Par ailleurs, l'Union européenne devrait agir davantage pour aider à résoudre la crise humanitaire en Ukraine, notamment en Crimée, ont affirmé les députés. Ils ont mentionné le sort des personnes déplacées et souligné l'urgence sanitaire dans l'Est du pays, "où les hôpitaux ne peuvent être pleinement opérationnels et font face à une pénurie de médicaments et de vaccins".


Les députés demandent à la Commission européenne de présenter un plan d'action humanitaire cohérent au Parlement dans un délai de deux mois.