Partager cette page: 

Environ 2500 travailleurs licenciés de l'ancienne société française de transport routier de marchandises Mory-Ducros, fermée en 2014, devraient obtenir une aide de l'UE de 6 millions d'euros pour pouvoir retrouver du travail, ont déclaré les députés de la commission des budgets lors d'un vote mercredi. L'aide du Fonds européen d'ajustement à la mondialisation (FEM) doit encore être approuvée par le Parlement dans son ensemble et par le Conseil des ministres.


Pays

Entreprise

Nombre de bénéficiaires

Montant de l'aide (€)

Secteur

Rapporteur PE

France

Mory-Ducros SAS

2513

6 052 200

Transport routier

Jean-Paul Denanot (S&D, FR)


Crise économique mondiale


Avec 4500 véhicules sur la route chaque jour, Mory-Ducros, ancien numéro deux français du transport routier, a rencontré de graves difficultés lorsque le marché du transport routier de marchandises dans des camions de 3,5 tonnes a diminué de 21% lors des années de crise économique mondiale de 2007 à 2012. Les volumes à transporter ont diminué, tandis que les prix de l'essence ont augmenté et qu'une guerre des prix a éclaté dans le secteur. En novembre 2013, la société a été déclarée insolvable avant de fermer définitivement en mai 2014.


Près de la moitié de ses employés ont été réembauchés dans une nouvelle société, mais plus de 2000 se sont retrouvés sans emploi.


Les autorités françaises ont demandé une aide du FEM de 6 052 200 euros pour fournir des conseils aux 2513 travailleurs licenciés restants. Ils recevront des conseils d'experts sur les parcours professionnels individuels et des formations pour développer leurs compétences de recherche d'emploi. La contribution du FEM vient s'ajouter à d'autres mesures déjà prises par l'État français.


Prochaines étapes


Le Parlement dans son ensemble votera à propos de cette demande d'aide lors de sa session plénière du 15 avril. Le conseil, pour sa part, se prononcera le 20 avril.


Contexte


Le Fonds européen d'ajustement à la mondialisation a été créé pour fournir un soutien complémentaire aux travailleurs licenciés en raison de modifications majeures de la structure du commerce international résultant de la mondialisation ou de la crise financière et pour les aider à trouver de nouveaux emplois. Entre 2014 et 2020, le plafond annuel du fonds est de 150 millions d'euros.


Les travailleurs licenciés se voient proposer des mesures telles que le soutien à la création d'entreprises, une aide à la recherche d'emploi, une orientation professionnelle et divers types de formations. Dans la plupart des cas, les autorités nationales ont déjà commencé à prendre des mesures et voient leurs coûts remboursés par l'UE lorsque leurs demandes d'aide sont finalement acceptées.


Sous la présidence de Mr Jean Arthuis (ADLE, FR)