Partager cette page : 

Des changements au traité sont-ils nécessaires pour répondre aux demandes britanniques? Les quatre libertés seront-elles sauvegardées? Les négociations actuelles peuvent-elles déboucher sur une avalanche de demandes d'autres pays? Telles sont les questions qui ont été posées ce jeudi matin par les députés de la commission des affaires constitutionnelles à Jonathan Faull, chef du groupe spécial de la Commission européenne sur les questions stratégiques liées au référendum britannique.

Parmi les autres questions abordées par les députés figuraient l'implication des parlements nationaux dans le processus de décision de l'UE, les moyens d'éviter les abus des systèmes de sécurité sociale, et la manière dont un éventuel accord pourrait affecter le travail du Parlement européen.


Selon M. Faull, les négociations en cours sont très complexes mais prouvent l'envie de conclure un accord qui serait positif pour toutes les parties. Le type de réformes nécessaires au niveau européen dépendra de la manière dont les chefs d'État et de gouvernement décident de répondre aux demandes de M. Cameron, a ajouté M. Faull.


Les dirigeants européens ont l'intention de parvenir à un accord répondant aux demandes de réformes du Premier ministre Cameron lors de la prochaine réunion du Conseil européen (18-19 février).